Thống Kê Newsletter
Lần đầu đến với Nhịp Cầu Giáo Lý?

Những liên kết dưới đây có thể hữu ích với bạn.

 
  • Điểm nhấn trong Chương trình kỷ niệm 1000 năm Thăng Long - Hà Nội vừa được Thủ tướng Chính phủ ...


  • Mục tiêu tu luyện của Đạo giáo là trường sinh bất tử, là thành tiên 仙 hay chân nhân 真人, ...


  • Đạo giáo / Wikipedia EncyclopediaTiếng Việt

    Đạo giáo Bách khoa toàn thư mở Wikipedia http://vi.wikipedia.org/wiki/%C4%90%E1%BA%A1o_gia Đạo Giáo Tam Thánh (ảnh)


  • Từ năm 1450 đến năm 1850, ít nhất 12 triệu người dân Phi Châu bị đưa đi xuyên qua Trung ...


  • Mùa Trung Nguơn tháng 7 năm Quý Tỵ 1953, tại Thánh tịnh Tam Thanh – Cao Minh Quang ở Long ...


  • Chơn truyền là đâu ? / Nhịp cầu giáo lý

    Sau khi quá mỏi mệt với cuộc sống, lại hoang mang với bao triết thuyết, giáo thuyết, chủ nghĩa... con ...


  • Tấm lòng của nhân loại / Nhịp cầu giáo lý

    Những biến động trên thế giới trong những năm gần đây khiến người ta suy nghĩ về nguyên nhân sâu ...


  • TRUYỀN THỐNGHỘI YẾN BÀN ĐÀO TẠI CƠ QUAN PTGLĐĐ Nhớ lại khi xưa, lúc ban đầu của tổ chức Nữ Chung Hòa ...


  • Ca dao Việt Nam có câu: “Tu đâu cho bằng tu nhà; Thờ cha kính mẹ mới là chơn tu.” Kinh Tứ ...


  • Tứ vô lượng tâm Tứ vô lượng tâm là bốn phẩm hạnh cao thượng (Brahma Vihara) mà các vị Bồ tát ...


  • ĐẠO CAO ĐÀI VỚI DÂN TỘC / Phó Giáo Sư TS. Nguyễn Thanh Xuân

    Đạo Cao Đài ra đời ở Nam Bộ vào đầu thế kỷ XX, đến nay là một trong những tôn ...


  • Trong Huấn Từ ngày 14 tháng giêng năm Bính Ngọ 1966, tại Thiên Lý Đàn, Đức CHÍ-TÔN có dạy như ...


24/09/2013
Organisme de Diffusion du Dai Dao

Questions et Réponses sur le CAODAÏSME

Troisième Ere Universelle du Salut Divin de Dai Dao
Organisme de Diffusion du Dai Dao


Questions
et Réponses
sur le
CAODAÏSME


Traduit du vietnamien par
L’église Cao Dai de Paris


Seconde Edition
2011 – Année caodaïste 86


Ont contribué à la traduction :


 Dr DO CAO Minh
 M. JAMMES Jérémy
 M. LÊ Quan Son
 M. QUACH-HIEP Long
 Mlle QUACH-HIEP Thanh-Tâm
 Dr TRUONG Tân Nghiêp

TABLE DES MATIERES

PREFACE 15
INTRODUCTION 18
RESUME HISTORIQUE 20
1. Qui a fondé la religion Cao Dai ? 20
2. Qui était le premier disciple de Dieu Cao Dai ? 23
3. Quand et où la Religion Cao Dai a été officiellement établie ? 24
4. Veuillez nous indiquer quelques endroits et faits historiques marquants de la période de création de la religion Cao Dai. 26
5. Quand a été construite la Basilique du Saint-Siège Caodaïste à Tây-Ninh et qui l’administre ? 33
6. Veuillez expliquer la signification de l’appellation « Đại Đạo Tam Kỳ Phổ Độ ». 35
7. Quelle est la signification de « Cao Dai » ? 37
8. Combien de branches y a-t-il dans la religion Cao Dai ? 40
9. L’« Organisme de Diffusion de l’Enseignement du Dai Dao » est-il considéré comme une autre branche caodaïste parmi celles pré-citées? 59
10. Quels sont les points communs et les différences entre les Branches Caodaïstes ? 64
11. Qui étaient les Premiers Disciples de Dieu Cao Dai ? 67
ORGANISATION DU CAO DAI 80
12. Qu’est-ce que « Pháp Chánh Truyền »? 80
13. Qu’est « Le Nouveau Code Caodaïste » ? 81
14. Quelle est l’organisation de base de la religion Cao Dai ? 83
15. Quel est le Pouvoir du Palais Octogonal ? 84
16. Quelle est l’organisation du Palais de Neuf Degrés de l’Evolution et quelles sont ses fonctions ? 86
17. Quelle est l’organisation du Palais de l’Alliance Divine et quelles sont ses fonctions ? 87
18. Quelle est l’organisation administrative de la religion Cao Dai ? 89
19. Qu’est-ce qu’une Paroisse? 91
20. Comment est organisé le Conseil d’Administration d’une Maison de culte caodaïste (littéralement Sainte Maison, Thánh-Thất en viêtnamien) ? 91
21. Qu’est-ce le Conseil Religieux ? 94
22. Quelles sont les activités d’une Maison de culte Caodaïste ? 97
23. Pourquoi une Maison de culte caodaïste ou un Temple caodaïste est-il appelé comme « le saint Corps de Dieu » ? 99
24. Quel est le jour de la cérémonie inaugurale de l’avènement du Caodaïsme ? 102
BUTS ET PRINCIPES DIRECTEURS 105
25. Quels sont les buts de la religion Cao Dai? 105
26. Que signifie l’expression : « la Voie Humaine Caodaïste est universaliste »? 106
27. Quelle est la signification de l’expression : « la Voie Céleste Caodaïste est libératrice de l’âme humaine » ? 108
28. Quel est le principe directeur du Caodaïsme ? 109
29. Quelle est la signification du dogme caodaïste voulant que « Toutes les religions soient issues de la même Vérité » ? 113
CULTE ET RITES CAODAÏSTES 115
30. Quelle est la signification de l’ŒIL divin (Thiên Nhãn)? 115
31. Quels sont les Esprits Supérieurs (Đấng Thiêng-Liêng en vietnamien) que vénèrent les caodaïstes ? 119
32. Quelle est la disposition des objets de culte sur l’autel et leur signification ? 121
33. Quelle est la signification du mot « Souffle » calligraphié au dos de l’autel du Gardien des Lois religieuses ? 125
34. Comment sont composées et utilisées les « Prières Spirituelles » et les « Prières Temporelles » Caodaïstes ? 127
35. Quels sont les Cinq Vœux Caodaïstes et leur signification ? 131
36. Comment sont célébrés le petit office, l’office moyen et le grand office? 134
37. Veuillez expliquer la cérémonie de conversion au Caodaïsme ? 138
38. Veuillez expliquer la signification du « Tambour du Tonnerre » et de « la Cloche du Palais Céleste de Jade Blanc » ? 140
39. Veuillez citer les grandes célébrations caodaïstes dans l’année ? 141
40. Qu’est-ce que la célébration de « Hội Yến Bàn Đào » ? 145
41. Comment est le drapeau caodaïste et quelle est sa signification ? 148
42. Qu’est-ce que l’étendard long tricolore caodaïste? 149
43. Quels sont les Anciens objets de culte emblématiques des Trois Doctrines de la Grande Voie Cao-Dai ? 151
44. Existe-il des sacrements dans la religion Cao-Dai ? Lesquels ? 153
45. Qu’est-ce que le Spiritisme caodaïste dit « Cơ Bút » ? Comment est-il pratiqué ? 160
ENSEIGNEMENT DE BASE CAODAÏSTE 163
46. Sur quels principes de base s’est appuyé le Caodaïsme ? 163
47. Comment les caodaïstes perçoivent-ils la Foi en Dieu ? 166
48. Veuillez expliquer encore plus les notions de « Dieu impersonnel » (Thượng Đế Vô Ngã) et « Dieu personnifié » (Thượng Đế Hữu Ngã)? 167
49. Veuillez expliquer la conception de l’univers caodaïste ? 169
50. Veuillez expliquer les notions « Grande source de lumière divine » (Đại Linh Quang) et « Etincelle de lumière divine » (Tiểu Linh Quang) ? 171
51. Qu’est-ce que la nouvelle méthode de la méditation caodaïste ? 173
52. Que signifie cette notion d’ «Atteindre à l’Unité» ? 175
53. Que signifie la notion du «Retour à son origine divine» ? 177
54. Que signifient les notions d’« Avant la Création » (« Tiên Thiên ») et d’« Après la Création » (« Hậu Thiên ») ? 178
55. Comment appréhendent les caodaïstes le concept de « l’esprit » ? 180
56. Qu’est-ce que l’Humanisme caodaïste ? 182
57. Qu’est-ce que l’Esotérisme caodaïste ? 183
58. Pourquoi appelez-vous la religion Cao Dai « La Troisième Ere Universelle du Salut Divin » ? 185
59. Que signifie exactement « La Troisième Ere Universelle du Salut Divin » ? 188
60. Que signifie exactement « La Dernière Ere du cycle d’évolution de l’univers » ? 190
61. Quelle est la conception caodaïste de la vie humaine ? 192
62. Comment conçoivent les Caodaïstes l’idéal de vie de l’être humain ? 194
63. Peut-on dire que Cao Dai est une religion humaniste ? 195
PRATIQUES RELIGIEUSES ET DEVOIRS DES CAODAÏSTES 197
64. Comment les Caodaïstes pratiquent-ils leur Foi ? 197
65. Quelles sont les Trois Pratiques Caodaïstes? 198
66. Veuillez expliquer le végétarisme caodaïste? 200
67. Que signifient « se perfectionner » et « aider autrui à se perfectionner » ? 201
68. Quelles sont les activités quotidiennes d’un caodaïste ? 203
69. Quelle est la Loi caodaïste concernant le mariage? 205
70. Comment les funérailles Caodaïstes sont-elles organisées ? 207
71. Comment les Caodaïstes effectuent-ils le Culte de leurs ancêtres ou leurs grands-parents et leurs parents décédés ? 210
72. Quand les Caodaïstes peuvent-ils abandonner leur vie sociale pour consacrer tout leur temps à la religion ? 211
ANNEXE A 213
LA CONSTITUTION CAODAÏSTE (PHÁP CHÁNH TRUYỀN) - PALAIS DE NEUF DEGRÉS DE L’EVOLUTION 213
ANNEXE B 221
LA CONSTITUTION CAODAÏSTE (PHÁP CHÁNH TRUYỀN) - PALAIS DE L’ALLIANCE DIVINE 221
ANNEXE C 226
LES CINQ INTERDICTIONS CAODAÏSTES 226
ANNEXE D 229
LES QUATRE GRANDS COMMANDEMENTS CAODAÏSTES 229









PREFACE

La religion Cao Dai est une nouvelle religion que DIEU Lui-Même a créée au Viêt-nam, au début du XXe siècle. Avec plus de 70 ans d’existence seulement, on a pu lire de nombreux ouvrages religieux et écrits saints caodaïstes répandus dans le public.

A partir de l’an lunaire du Serpent Ât-Ty (1965), l’Organisme de Diffusion de l’Enseignement du Dai-Dao (ci-après ODED) a été guidé par les Esprits Supérieurs, au moyen du spiritisme, pour étudier et faire connaître au public l’Enseignement de la Grande Voie Divine du Cao Dai en se basant essentiellement sur les écrits saints caodaïstes reçus depuis la création du Caodaïsme jusqu’à ce jour.

Un des résultats des travaux de cet Organisme est ce livre « Questions et Réponses sur le Caodaïsme » qui a pour objectif de présenter le Caodaïsme d’une façon simple avec des explications de base.

Le Conseil d’Etude des Enseignements Religieux de l’ODED, après avoir revu et amendé ce livre, en a accepté sa diffusion. Toutefois vos remarques constructives seront bienvenues car elles vont contribuer à l’améliorer.

Nous espérons que cet ouvrage pourrait apporter une aide utile à tous ceux, fidèles ou sympathisants, qui cherchent à connaître et à mettre en pratique les enseignements de cette religion.

Au solstice d’hiver de l’an Ky-Mao 1999
Au nom du Bureau Permanent de l’ODED

Premier Administrateur Adjoint
Illuminant la Voie Divine
CHI-HUNG

INTRODUCTION

Ce recueil de « Questions et Réponses sur le Caodaïsme » a été réalisé par le Comité Culturel de l’Organisme de Diffusion de l’Enseignement du Dai-Dao, dans le but d’expliciter la religion Cao Dai d’une manière succincte.

Nous avons opté cette forme de dialogue en vue d’aider les lecteurs à mieux saisir dès le début les point-clés du Caodaïsme :
I. Résumé Historique
II. Organisation du Cao Dai
III. Buts et Principes Directeurs
IV. Rites et Culte
V. Enseignement de Base
VI. Pratiques Religieuses et Devoirs des fidèles.

Naturellement, ces 72 questions et réponses ne suffiront pas à présenter en détail tous les aspects de la religion Cao Dai mais nous espérons qu’elles vous apporteront au moins les explications aux questions les plus souvent posées.

Nous souhaitons recevoir les avis de nos lecteurs afin que nous puissions l’améliorer dans les prochaines éditions.

Sincèrement,
Les rédacteurs 
RESUME HISTORIQUE

1. Qui a fondé la religion Cao Dai ?

DIEU CAO DAI ou DIEU « Empereur de Jade » a fondé la religion Cao Dai au Viêt-nam, au début du XXe siècle par des faits historiques importants ci-dessous :

Au début de l’année 1921, grâce au spiritisme, « Dieu Le Très Haut » s’est manifesté sous le nom « Cao Dai Tiên Ông Đại Bồ Tát Ma Ha Tát » ( littéralement « Immortel Cao Dai Grand Bodhisattva Maha Sattva » ) pour la première fois et a accepté comme premier disciple Le Très Vertueux Ngô Văn Chiêu.
Après que Les Très Vénérables Cao Quỳnh Cư, Phạm Công Tắc, Cao Hoài Sang eurent obéi à l’instruction divine de se convertir au Caodaïsme par une cérémonie solennelle en plein air le 1er du 11ème mois de l’an lunaire du Buffle Ất-Sửu (16-12-1925), Dieu Cao Dai s’est présenté dans la séance de spiritisme du 19-12-1925 pour les féliciter et leur donner Sa bénédiction par ce vers :

« Quel bonheur pour vous, chers enfants, de connaître désormais la religion Cao Dai... »

Dans la nuit de Noël du 24-12-1925, Dieu Cao Dai s’est manifesté par Spiritisme sous le nom « Dieu Tout Puissant, Immortel Cao Dai Bodhisattva Maha Sattva qui enseigne le Dao dans le Sud » et a offert le poème suivant, traduit du vietnamien :

« Depuis l’Eternité, tout l’univers est sous Mon Commandement,
Soyez pieux dans la joie afin de bénéficier des grâces de Dieu;
Miraculeux, le DAO est répandu partout sur tous les continents,
Mille ans, dix mille noms, conservez-Le parfaitement. »

En conclusion, la religion Cao Dai a été fondée par DIEU « Empereur de Jade » qui s’est présenté à notre époque sous le nom « Immortel Cao Dai Grand Bodhisattva Maha Sattva ».

2. Qui était le premier disciple de Dieu Cao Dai ?

Comme mentionné précédemment, le premier disciple de Dieu Cao Dai était le Très Vertueux Ngô Minh Chiêu (1878-1932). Son patronyme civil est Ngô Văn Chiêu. Nous avons trouvé des faits historiques suivants :
Au début de l’année 1920, dans une séance de spiritisme chez Monsieur NGÔ, à Tân An (maintenant province Long An), un Esprit Supérieur s’est manifesté sous le nom « Cao Dai Tiên Ông (Immortel Cao Dai) » que personne ne connaissait avant ce jour.
Aux environs de la mi-automne de l’an lunaire du Singe Canh-Thân (26-09-1920) à Hà-Tiên, le Très Vertueux M. Ngô a de nouveau reconnu le nom « Cao Dai » à travers les vers saints suivants (traduction) :

« Les rayons lunaires de la Haute Tour (Cao Dai),
Illumine Ngô Văn Chiêu pour éveiller sa conscience.»

Et enfin, au début de l’année 1921, à Phú Quốc, Dieu Cao Dai a officiellement accepté M. Ngô comme Son premier disciple.

3. Quand et où la Religion Cao Dai a été officiellement établie ?

La religion Cao Dai a été officiellement déclarée au gouvernement de l’époque, au Palais de son Gouverneur à Saïgon, le 1er sept. de l’an lunaire du Tigre Bính Dần (07.10.1926), après que les Premiers Caodaïstes eurent établi la Déclaration de la création du Caodaïsme le 23 août de l’an lunaire Bính Dần (29.09.1926). Et moins de 2 mois après, une grande et solennelle cérémonie saluant l’avènement du Caodaïsme a été organisée devant les représentants gouvernementaux et le public, le 15ème jour du 10ème mois de l’an lunaire du Tigre Bính-Dần (19-11-1926). A cette occasion, les Premiers Dignitaires Caodaïstes ont été nommés par grâce divine, avec la promulgation de la Constitution Religieuse Caodaïste directement rédigée par Dieu au moyen du spiritisme.
Par la suite, cette religion porte le nom de « Đại Đạo Tam Kỳ Phổ Độ ». Le Caodaïsme repose sur la Foi en Dieu et en Esprits Supérieurs de l’Invisible. Son Eglise est hiérarchisée, organisée suivant sa Constitution Religieuse. Elle possède le Nouveau Code Religieux, sa Doctrine et son Enseignement à la fois exotérique et ésotérique. Il existe des millions de fidèles et des milliers d’Oratoires Caodaïstes au Viêt-nam et dans le monde entier.

4. Veuillez nous indiquer quelques endroits et faits historiques marquants de la période de création de la religion Cao Dai.

4.1 L’île de Phú-Quốc - canton Dương-Đông est le berceau du Caodaïsme. C’est le lieu où le Très Vertueux Ngô Minh Chiêu a été reconnu par Dieu Cao Dai pour être Le Premier Caodaïste, à la pagode bouddhiste Guan Yin (Quan-Âm Tự), le jour de l’An de l’année lunaire du Coq Tân-Dậu (le Têt, le 08-02-1921). C’est aussi sur cette île que le symbole divin de la religion – l’ŒIL DIVIN – a été vu pour la première fois par le Très Vertueux Ngô Minh Chiêu, le 13ème jour du 3ème mois de l’an lunaire du Coq Tân-Dậu (20-04-1921).


Lieu saint « Cao Đài Hội Thánh » (à Dương Đông, Île de Phú Quốc) où les préceptes de la Méditation Caodaïste ont eu leur 1er enseignement.

4.2 Vĩnh-Nguyên-Tự (La pagode de la Source Eternelle) : située à Cần-Giuộc, dans la province Long-An, est une pagode de la branche Minh-Đường, fondée par Le Très Vénérable Maître Thái Lão Sư Lê Đạo Long. Le 04-03-1926, obéissant à l’ordre divin, les Anciens Premiers Disciples y ont organisé une séance de spiritisme. L’Esprit de Son Excellence Lê Đạo Long s’y est présenté et a appelé tous ses adeptes à se convertir au Caodaïsme. C’est aussi là que Dieu Cao Dai a baptisé Ses Premiers Disciples. Il y désigna les Premiers Dignitaires Caodaïstes ayant pour tâche de transmettre et d’enseigner la Doctrine Caodaïste au public. C’est là aussi que Dieu Suprême Cao Dai a donné l’instruction de rédiger le Canon de la messe caodaïste, son Nouveau Code Religieux depuis la création de cette religion.




Pagode Vĩnh Nguyên Tự reconstruite en 1973

4.3 Le dépôt de la Déclaration de la Nouvelle Religion Cao Dai au gouvernement français : obéissant à l’instruction divine du 23-08-An lunaire du Tigre Bính-Dần (29-09-1926), les Premiers Caodaïstes se sont réunis – plus de 200 personnes – chez Monsieur Nguyễn Văn Tường, sis au n° 237 bis rue Galliéni à Saïgon (maintenant rue Trần Hưng Đạo du 1er Arrondissement) pour établir, rédiger la Déclaration de la création de la nouvelle religion Cao Dai et puis l’adresser au gouvernement français au Viêt-nam de l’époque.
Depuis 1938, le Temple Caodaïste Cầu-Kho commémorait tous les ans ce Jour mémorable de la Déclaration de la naissance du Caodaïsme. Aujourd’hui, c’est la Sainte Maison Caodaïste « Nam-Thành Thánh-Thất », au n° 124-126 rue Nguyễn-Cư-Trinh du 1er arrondissement de Hồ-Chí-Minh Ville, qui reprend cette tradition de la commémoration de ce 23eme jour du 8ème mois lunaire.

4.4 Thiền-Lâm-Tự ou Từ-Lâm-Tự (Pagode de la Forêt de Méditation) à Gò Kén (maintenant village Long Thành Trung, Commune Hoà-Thành, province Tây-Ninh). Dieu Suprême Cao Dai a choisi cet endroit pour célébrer au grand jour l’avènement du Caodaïsme au 15eme jour du 10eme mois de l’année lunaire du Tigre Bính-Dần (1926). Puis en 1927, l’Eglise Cao Dai a construit la Basilique, à l’endroit du village Long-Thành, qui par la suite est devenu depuis ce jourle Saint-Siège Caodaïste de Tây-Ninh. Ci-dessous la Sainte Parole de Dieu Suprême de juillet 1926 :

« Dieu Empereur de Jade maintenant appelé Cao Dai qui enseigne le Dao dans le Sud : Chers enfants ! Ecoutez-moi ! Là où je siège c’est la Terre Sainte … C’est donc au village Long-Thành, ne vous inquiétez pas … Mes enfants ! Vous devez vous unir pour bien vous occuper du Saint-Siège. Quoi qu’il arrive, c’est à Tây-Ninh que se trouve le Saint-Siège. »


5. Quand a été construite la Basilique du Saint-Siège Caodaïste à Tây-Ninh et qui l’administre ?

Au début de 1927, la Basilique du Saint-Siège Caodaïste à Tây-Ninh a été simplement dressée en chaume. En 1932, les travaux ont débuté par les fondations puis sa construction a duré plusieurs années, en plusieurs étapes avant de s’achever en 1953. La Basilique était telle que nous pouvons la voir aujourd’hui. Les Premiers Dignitaires de l’Eglise Caodaïste comme : Les Très Vénérables Phạm Công Tắc, Cao Quỳnh Cư, Nguyễn Ngọc Thơ, Nguyễn Ngọc Tương … ont dirigé et ont beaucoup contribué au défrichement de la nature sauvage en pleine forêt pour la construction du Saint-Siège Caodaïste.
Hormis ces observations, la construction de la Basilique du Saint-Siège Caodaïste s’est naturellement réalisée suivant le principe caodaïste de « l’Union de la Volonté Divine et Celle de l’homme ». En effet, la forme, l’architecture, l’emplacement, l’orientation, les dimensions (qui ont été réduites faute de moyens), la décoration etc. ont été dessinées et indiquées dans les moindres détails par l’Esprit du Pape Spirituel Li T’ai Po, grâce au Spiritisme.

La Basilique du Saint-Siège Caodaïste
à Tây-Ninh

6. Veuillez expliquer la signification de l’appellation « Đại Đạo Tam Kỳ Phổ Độ ».

« Đại Đạo » : Principe commun, la Grande Voie naturelle que toutes les religions suivent en vue d’améliorer la société humaine et de délivrer spirituellement l’être humain.
« Tam Kỳ Phổ Độ » : la Troisième ère ou Troisième période du salut divin pour l’humanité entière. Cette troisième ère correspond à la présente époque que nous vivons. Il y avait la 1ère ère de l’Ancien Temps avec Fou-Hy, Moïse etc. La seconde ère avec l’avènement des Grands Sauveurs de l’humanité tels que Sakyamuni, Lao Tseu, Confucius, Jésus Christ, Mahomet.
« Đại Đạo Tam Kỳ Phổ Độ ou la Troisième Ere Universelle du Salut Divin de Dai Dao ou la Troisième Amnistie Générale de Dieu » est la religion que DIEU a fondée avec comme principe directeur « l’Unification des Anciennes Doctrines et La Vérité est Une pour tous les Enseignements religieux ». Le but est de guider l’être humain et de l’instruire dans le chemin du Bien et de l’Ethique pour qu’il progresse spirituellement, qu’il se perfectionne sans relâche jusqu’à ce qu’il atteigne l’Illumination par la pratique de la Méditation, réalisant ainsi l’Union Divine de son être avec l’Être Universel ou Dieu.
La Troisième Ere Universelle du Salut Divin est la dernière d’un Grand Cycle d’évolution de l’univers. Elle a pour but de libérer et sauver toute l’humanité, éclairer les repentis pour les faire bénéficier de l’Amnistie Divine Universelle.
« Dai-Dao Tam-Ky Phô-Dô ou la Troisième Ere Universelle du Salut Divin de Dai Dao » est aussi appelée brièvement la « Religion Cao Dai ».

7. Quelle est la signification de « Cao Dai » ?

Cao Dai au sens propre est la haute tour. Au sens figuré, il désigne le sommet, le point culminant de l’univers, par extension le but ultime de l’évolution des êtres vivants.
Cao Dai est aussi le prête-nom de Dieu en cette Troisième Ere de l’Amnistie Universelle, évoquant la Volonté Divine que Dieu Le Très Haut est venu pour instruire l’humanité afin qu’elle regagne son propre origine, celle la plus élevée qui est Dieu.
Cao Dai est aussi le point culminant spirituel de l’être humain. Ce point est appelé « la Porte Mystique Divine » situé à la fontanelle, au sommet du crâne. Par là l’être humain pourrait communiquer avec le monde invisible pour pouvoir s’unir à Dieu, le « Cao Dai » de l’univers.
Dès le début du livre Thánh-Ngôn Hiệp-Tuyển (Anthologie Des Saintes Paroles Caodaïstes – ASPC), on pourrait lire le nom divin suivant :
« DIEU Empereur de Jade maintenant appelé Immortel CAO DAI Grand Bodhisattva Maha Sattva qui enseigne le Dao dans le Sud » (Noël 1925).
Dans le même ouvrage, tome I, Edition 1973, édité par le Saint-Siège caodaïste à Tây-Ninh, page 23, on lit dans un message de spiritisme, en français, reçu le 26-04 de l’an lunaire du Tigre Bính Dần (08-06-1926) comme suit : « Cao Dai, Le Très Haut ». Puis dans un autre message du 28-10-1926 : « Dieu Tout Puissant qui vient sous le nom de Cao Dai ».
Par cette façon de se présenter, Dieu Cao Dai confirme qu’IL est bien le DIEU SUPRÊME de l’univers.
Selon l’enseignement caodaïste, cette appellation « Cao Đài Tiên Ông Đại-Bồ-Tát » reflète le principe directeur du Caodaïsme « l’unification des Trois Anciennes Doctrines : Bouddhisme ; Taoïsme ; Confucianisme » de la Troisième Ere Universelle du Salut Divin. En effet :
Cao-Đài appartient au Confucianisme,
Tiên Ông (Immortel) appartient au Taoïsme ;
Đại Bồ Tát (Grand Bodhisattva) appartient au Bouddhisme.

8. Combien de branches y a-t-il dans la religion Cao Dai ?

Suivant l’évolution de son histoire, la religion Cao Dai s’est développée en branches suivantes :

La Branche de Tây-Ninh : en fait, c’était la Première Eglise Caodaïste qui a été constituée lors de la célébration de l’Inauguration de l’avènement du Caodaïsme du 15-10-An lunaire du Tigre Bính Dần (19-11-1926) avec la déclaration officielle de la Constitution Religieuse Caodaïste dictée par Dieu Cao Dai dans une séance de spiritisme. Cette branche caodaïste a construit la Basilique du Saint-Siège Caodaïste au village Long-Thành, dans l’arrondissement Phú-Khương, en province Tây-Ninh. Le Très Vénérable Cardinal taoïste Thượng Trung Nhật (M. Lê Văn Trung) a reçu l’instruction divine d’administrer le Saint-Siège depuis le 15-04-1928 et a été promu « Pape Intérimaire » par le Décret Religieux n° 2 du 03-10-An lunaire du Cheval Canh-Ngọ (1930). Le Très Vénérable Protecteur Des Lois Religieuses Phạm Công Tắc a été désigné, par grâces divines, « Chef Suprême du Palais de l’Alliance Divine » depuis la création de la religion. Cette branche a 358 Oratoires, 110 Temples du Bouddha Mère Divine de l’univers dans 34 provinces (Données collectées en 2011).

L’adresse actuelle du Saint-Siège de Tây-Ninh est : Toà-Thánh Cao-Đài Tây-Ninh, Ville Hoà-Thành, Arrondissement Hoà-Thành, Province TÂY-NINH.

L’entrée principale du Saint-Siège Caodaïste à Tây-Ninh

8.2 La Branche de Minh-Chơn-Lý : a été dirigée par Le Très Vénérable Archevêque d’orientation bouddhiste Thái Ca Thanh. Il a fondé l’Eglise Caodaïste de Định-Tường à Cầu-Vỹ, ville Mỹ-Tho (en province Tiền Giang, région du Mékong en amont) en 1930. Après sa fondation, cette branche a modifié le culte caodaïste et un certain nombre de prières. Actuellement, som nom est l’Eglise Cao Dai Chơn-Lý. Son adresse actuelle : 190 rue Nguyễn Trung Trực, Commune Mỹ Phong, Ville Mỹ Tho, Province Tiền Giang.

Saint-Siège Caodaïste de la Branche Minh Chơn-Lý

8.3 La Branche de Tiên-Thiên (Tiên-Thiên signifie « Avant la création de l’univers ») : a été fondée par les Sept Saints suivants, sur l’ordre de Dieu Suprême du 13-08-An lunaire du Chat Dinh-Mao (1927) reçu au Temple Caodaïste de Thiên-Thai à Dông-Thap (d’après « Sommaire de l’Histoire du Caodaïsme de Tiên-Thiên de Dai Dao Tam Ky Phô Dô) :

Censeur d’orientation bouddhiste Phan van Tong ;
Censeur d’orientation taoïste Lê Kim Ty ;
Censeur d’orientation taoïste Nguyên Huu Chinh ;
Archevêque d’orientation confucianiste Nguyên Thê Hiên ;
Cardinal d’orientation bouddhiste Trân Loi ;
Cardinal d’orientation taoïste Nguyên Buu Tài
Cardinal d’orientation taoïste Nguyên Tân Hoài.

Ces sept Saints dirigeaient l’Eglise Cao Dai Tiên-Thiên avec les Sept Sages (Sept Archevêques). Le Saint-Siège de « Châu-Minh » se trouve actuellement à : « Commune Tiên-Thuy, arrondissement Châu-Thành, province de BÊN-TRE ».





Saint-Siège Châu-Minh de l’Eglise de Tiên-Thiên

8.4 La Branche de Minh Chơn Đạo : Le Très Vénérable Censeur d’orientation confucianiste Trân Dao Quang en collaboration avec Les Très Vénérables Cao Triêu Phat, Phan van Thiêu ont fondé la Branche Minh Chon Dao dont le Saint-siège nommé « Hâu Giang » (aussi appelé Saint-siège Ngoc Minh) fut établi au Temple Caodaïste Ngoc Minh Dàn (à Giông-Bôm, commune Phong Thanh, arrondissement Gia Rai, en province Bac-Liêu, en 1933). En 1954, le Saint-siège de « Hâu Giang » fut transféré au Temple Caodaïste « Ngoc Sac » ainsi nommé Saint-Siège Cao Dai « Ngoc-Sac » en province de Cà-Mau ».
Cette Branche a actuellement 49 Temples ou Oratoires, répartis dans 4 provinces, et la province de Cà Mau en possède le nombre le plus élevé avec 23 Oratoires.

Saint-Siège Ngọc Sắc de la Branche Minh Chơn Đạo.

8.5 La Branche de Ban Chỉnh Đạo : a été fondée par Le Très Vénérable Cardinal par intérim d’orientation taoïste Nguyễn Ngọc Tương et Le Très Vénérable Cardinal par intérim d’orientation confucianiste Lê Bá Trang, en 1934, au Temple Caodaïste de « An-Hội » sis au n° 100 C, rue Truong-Dinh, quartier n° 6, commune Bên-Tre. Elle a actuellement 300 Temples caodaïstes répartis dans 25 provinces. La province de Bên Tre a le plus grand nombre de Temples (61 Temples).




Saint-Siège de la Branche « Ban Chỉnh-Đạo » à Bến-Tre

8.6 La branche Bạch-Y Liên-Đoàn Chơn-Lý : le Saint-Siège Ngọc-Kinh est sis au Temple Caodaïste Mông-Tho, dans la province Kiên-Giang. Elle a été fondée par Les Très Vénérables Truong-Minh-Tong et Tô-Buu-Tài, en 1936. Son Exellence Tô-Buu-Tài a été promu par Grâce divine Cardinal d’orientation confucianiste administrant la Branche Bach-Y (La Tunique Blanche). Son adresse actuelle est : Village Hoà-An, commune Mông-Tho B, arrondissement Châu-Thành, province KIEN-GIANG. Elle a 14 Temples.

Saint-Siège Ngoc-Kinh de la Branche « Bạch-Y Liên-Đoàn Chơn-Lý »

8.7 La branche Truyền-Giáo Cao-Dai (la Mission Caodaïste) dont le Siège se trouve à la Basilique Trung-Hưng Bửu-Toà sise au n° 63 rue Hai-Phong, ville Đà-Nẳng. Elle a été fondée par un groupe de Pionniers Caodaïstes du Centre du Viêt-nam, le 01-06-An lunaire du Singe Binh-Thân (08-07-1956). Le Très Vénérable Archevêque Huệ-Lương (Trần Văn Quế 1902-1980) était à la tête de son Conseil d’Administration. Elle a actuellement 60 Temples, 10 bâtiments à but religieux, 1 Temple Esotérique, 1 Maison de Méditation.


Basilique Trung-Hưng Bửu-Toà
Eglise de la Mission Caodaïste

8.8 La branche Cao Dai Cầu Kho Tam Quan : Aux alentours de 1927, Messieurs Nguyễn Hữu Phương et Nguyễn Hữu Hào de Binh-Định se rendant à Saïgon pour se convertir au Caodaïsme à la Maison de culte Cao Dai Câu-Kho. Ensuite ils sont retournés à Binh-Dinh et avec Monsieur Phan Bôi à Hoài-Nhon, ils y ont construit un Temple Cao Dai. La cérémonie de son Inauguration a été organisée le 15 jour du 2nd mois de l’an lunaire Mâu-Dân (1938).
En 1959 ou 1960 ( ?), L’Eglise Centrale Cao Dai Tam-Quan du Centre du Viêt-nam a été officiellement fondée. Son dernier nom est « Eglise Cao Dai Câu-Kho Tam-Quan ». Elle a actuellement 24 Temples, 29 paroisses.


Eglise Cao Dai du Centre de La Branche Cao Dai Câu Kho Tam Quan

8.9 La branche « Cao Dai Chiếu-Minh Tam Thanh Vô Vi » : Cette branche ne construit pas de Temples Cao Dai ni de Saint-Siège. Elle se concentre sur la pratique de la Méditation Caodaïste suivant l’Enseignement ésotérique du Très Vertueux Ngô-Minh-Chiêu, de son vivant, vers 1926, et après qu’il a été accepté par Dieu Cao Dai pour être le Premier Disciple et reçu son Enseignement Divin depuis 1921 à Phú-Quốc.
Après le décès du Très Vertueux Ngô-Minh-Chiêu, le 13-03-An lunaire du Singe Nhâm-Thân (18-04-1932), ses disciples ont construit La Sainte Chapelle Centrale de Chiếu-Minh Tam-Thanh, sise au n° 264, rue du 30 avril, ville Cân-Tho. Les fidèles y organisent annuellement, le 13 du 3ème mois lunaire, une grande célébration en souvenir du Très Vertueux Ngô-Minh-Chiêu.
En plus, les fidèles créent des Cénacles Esotériques dans leurs localités pour se réunir, pratiquer et enseigner les préceptes de Méditation. A partir de 2010, ils ont établi « la Commission Administrative de Rites et de Pratiques de Méditation » de Cao Dai Chiếu Minh (à Cần Thơ).

La Sainte Chapelle Centrale de Chiếu-Minh Vô-Vi Tam-Thanh

8.10 La branche Cao Dai Chiếu-Minh Long-Châu : cette branche a fondé son Eglise en 1956 par Le Vénérable Nguyễn Văn Tự, nom saint Thiên Huyền Tâm, Administrateur du Palais de Neuf Degrés de l’Evolution, et par le Vénérable Lê Hữu Lộc, nom saint Ngọc Minh Khai, Chef du Palais de l’Alliance Divine, et La Vénérable Từ Lý, Présidente des femmes caodaïstes. Son Saint-Siège Long-Châu se trouve actuellement au village Tân Phu-Thanh, arrondissement Châu-Thành A, en province Cân-Tho.
Cette branche préconise à la fois la pratique de l’Enseignement Exotérique (la Voie Humaine Caodaïste) et la pratique de l’Enseignement Esotérique (la Voie Céleste Caodaïste), regroupe 12 Temples Esotériques qui se concentrent dans les provinces de Cần Thơ et de Hậu Giang.


Saint-Siège Long Châu
Eglise Cao Dai Chiêu-Minh Long-Châu

9. L’« Organisme de Diffusion de l’Enseignement du Dai Dao » est-il considéré comme une autre branche caodaïste parmi celles pré-citées?

L’Organisme de Diffusion de l’Enseignement du Dai Dao a été officiellement inauguré au 15ème jour du 1er mois lunaire de l’an du Serpent Ất Tỵ (15.02.1965). Son siège social est actuellement sis au :
Co-Quan Phô-Thông Giao-Ly Dai-Dao
171B, rue Công-Quynh,
1er Arrondissement, Hô-Chi-Minh Ville.

Sur ordre divin, cet organisme a pour mission de contribuer dans l’unification morale de toutes les différentes branches caodaïstes en élaborant une doctrine caodaïste universelle et unificatrice de l’enseignement du Dai Dao.

Du point de vue organisationnel, il ne constitue ni l’Eglise Cao Dai ni le Conseil d’Administration d’un Temple, ne recrute pas ses fidèles mais a seulement un Bureau Permanent avec les membres affectés directement à chaque groupe de travail dont les fonctions essentielles sont la recherche et la diffusion de l’enseignement du Dai Dao. Cependant, l’ODED fonctionne sur les bases de la Constitution Religieuse du Caodaïsme et le Nouveau Code de la « Troisième Ere Universelle du Salut Divin de Dai Dao ». Le Premier Administrateur Général Illuminant le Dao de son Bureau Permanent était Le Très Vénérable Huệ Lương Trần văn Quế (1902 – 1980).

Le but et le principe directeur de l’ODED ont été clairement stipulés dans l’Instruction Divine suivante : « L’Organisme de Diffusion de l’Enseignement du Dai Dao n’est pas une branche caodaïste, n’appartenant à personne, ni à aucune association, mais doit appartenir à la religion Cao Dai dans son ensemble. Il sera le pont de la fraternité reliant les fidèles, le pôle émetteur et récepteur de l’énergie poussant à unifier l’enseignement caodaïste. C’est à dire réaliser l’Unité morale, afin que tous Mes enfants se rencontrent et convergent vers le seul point commun qui est de comprendre et d’appliquer l’authentique Doctrine du Dai Dao. ».









Le Siège Social de l’Organisme de Diffusion de l’Enseignement du Dai Dao

10. Quels sont les points communs et les différences entre les Branches Caodaïstes ?

Voici leurs points communs :

- Ayant la même Foi que c’était Dieu Suprême qui s’est révélé sur terre et qui a créé la Troisième Ere Universelle du Salut Divin de Dai Dao pour sauver l’humanité entière en cette Dernière Ere de l’Evolution Terrestre.
- Récitant dans les prières le même Nom de Dieu Suprême « Nam Mô Cao Dai Tiên Ông Dai Bô Tat Ma-Ha-Tat » (Adoration de « Dieu Immortel Cao Dai Grand Bodhisattva Maha Sattva » ).
- Adorer Dieu Suprême avec le même symbole d’« Un Grand Œil Divin » ; vénérer les Trois Fondateurs de trois anciennes Doctrines (Bouddhisme, Taoïsme, Confucianisme) ; les Trois Majestueux Représentants de trois anciennes Doctrines et les Cinq Représentants fondateurs de cinq Branches Religieuses de la Grande Voie Divine (Humanisme, Culte de Génies, Culte de Saints, Taoïsme et Bouddhisme).
- Respecter et obéir à la Constitution Caodaïste et à Son Nouveau Code Religieux.
- Accepter l’appellation « Dai-Dao Tam-Ky Phô-Dô » (La Troisième Ere Universelle du Salut Divin de Dai Dao) et poursuivre les mêmes buts et suivre le même principe religieux.
- Toutes les branches ont été guidées par les Esprits Supérieurs à l’aide du Spiritisme.
- Reconnaître le même drapeau caodaïste de trois couleurs suivantes : rouge, bleu et jaune.
- Les fidèles s’habillent avec le même costume religieux en tunique blanche ; les hommes portent le turban noir à la tête (costume traditionnel national du Viêt-nam)
- Avoir une partie exotérique et une partie ésotérique dans leur doctrine.

Voici quelques modifications sur la forme, concernant :

- Les costumes religieux ;
- Les trois prières des offrandes de Trois précieux joyaux et les prières de funérailles.
- La Branche Esotérique Chiếu Minh se concentre uniquement sur la pratique de Méditation suivant les préceptes mystiques reçus du Très Vertueux Ngô Minh-Chiêu. Elle n’a pas d’organisations sacerdotales.

11. Qui étaient les Premiers Disciples de Dieu Cao Dai ?

11.1 Le Très Vertueux Ngô Văn Chiêu (1878 – 1932) a été accepté par Dieu Cao Dai comme premier disciple le Jour de l’An de l’année lunaire du Coq Tân-Dậu (08-02-1921) à Phú-Quốc. Son nom saint est Ngô Minh Chiêu.
C’était le premier caodaïste qui a reçu la bénédiction particulière d’être instruit directement par Dieu Cao Dai sur la méthode et les techniques de Méditation à l’aide du spiritisme.
Ensuite il a retransmis cet enseignement aux adeptes de la Branche Esotérique Chiếu-Minh Vô-Vi Tam-Thanh.
Il a quitté son corps profane le 13e jour du 3e mois de l’an lunaire du Singe Nhâm-Thân (19-04-1932).

11.2 Le Très Vénérable Lê Văn Trung (1875 – 1934) a été accepté par Dieu Cao Dai comme disciple le 05-12-An lunaire du Buffle Ất-Sửu (18-01-1926) et a été désigné par grâces divines pour exercer la fonction de Cardinal d’orientation taoïste Thượng-Trung-Nhựt le 15-03-An lunaire Bính Dần (26-04-1926), puis promu Pape intérimaire du Saint-Siège Caodaïste à Tây-Ninh le 30-10-An lunaire du Cheval Canh-Ngọ (1930), étant ainsi à la tête du Palais des Neuf Degrés de l’Evolution du Saint-Siège Cao Dai à Tây-Ninh.
Il est décédé le 13e jour du 10e mois de l’année lunaire du Chien Giáp-Tuất (19-11-1934).

11.3 Le Très Vénérable Phạm Công Tắc (1890 – 1959) a été accepté par Dieu Cao Dai comme disciple le 09-11-An lunaire du Buffle Ât-Suu (24-12-1925) et a été désigné par grâces divines pour exercer la fonction de Gardien des Lois Religieuses le 15-03-An lunaire du Tigre Bính Dần (26-04-1926) à la tête du Palais de l’Alliance Divine du Saint-Siège Caodaïste à Tây-Ninh.
Il est décédé le 10e jour du 4e mois de l’an lunaire du Cochon Kỹ-Hợi (17-05-1959), à Phnom Penh, au Cambodge.

11.4 Le Très Vénérable Cao Quỳnh Cư (1888 – 1929) a été accepté par Dieu Cao Dai comme disciple le 09-11-An lunaire du Buffle Ất-Sửu (24-12-1925) et a été désigné par grâces divines pour exercer la fonction du Supérieur du Spirituel, Premier Adjoint au Gardien des Lois Religieuses, le 15-03-An lunaire du Tigre Bính Dần (26-04-1926), au Palais de l’Alliance Divine du Saint-Siège Caodaïste à Tây-Ninh.
Il est décédé le 1er jour du 3e mois de l’an lunaire du Serpent Ky-Ty (10-04-1929).

11.5 Le Très Vénérable Cao Hoài Sang (1901 – 1971) a été accepté par Dieu Cao Dai comme disciple le 09-11-An lunaire du Buffle Ât-Suu (24-12-1925) et a été désigné par grâces divines pour exercer la fonction du Supérieur du Temporel, Second Adjoint au Gardien des Lois Religieuses, le 15-03-An lunaire du Tigre Bính Dần (26-04-1926), au Palais de l’Alliance Divine du Saint-Siège Caodaïste à Tây-Ninh.
Il est décédé le 26e jour du 3e mois de l’an lunaire du Cochon Tân-Hoi (24-04-1971).

11.6 Le Très Vénérable Vương Quan Kỳ (1880 – 1939) s’est converti au Caodaïsme grâce au Très Vertueux Ngô Minh Chiêu qui lui a dessiné l’Œil Divin qu’il vénère sur l’autel chez lui en 1924 mais il n’a pas appris l’enseignement ésotérique pour la pratique de la méditation. Il jouait le rôle d’intermédiaire entre le Très Vertueux Ngô Minh Chiêu et le Groupe de Très Vénérables Premiers Caodaïstes Pham Công Tac, Cao Hoài Sang, Cao Quynh Cu, Doàn van Ban, Nguyên van Hoài, Vo van Sang, Lê van Trung.

11.7 Le Très Vénérable Nguyễn Ngọc Tương (1881 – 1951) était le Chef de l’arrondissement Cân-Giuôc, pratiquait les enseignements religieux de Minh-Sư. Les Très Vénérables Lê Van Trung, Pham Công Tac, Cao Quynh Cu sont allés expressément à Cân-Giuôc pour le convertir au Caodaïsme. Le 17-05-An lunaire du Tigre Bính Dần (1926) il a été promu par grâces divines comme Archevêque taoïste Thuong Tuong Thanh. Puis le 03-07-An lunaire Bính Dần, il a été promu Archevêque Principal à la pagode de la Source Eternelle (Vĩnh-Nguyên-Tự). En 1930, obéissant à l’instruction de Dieu Suprême, il a abandonné la vie profane pour se rendre au Saint-Siège Tây-Ninh et s’y consacrer en plein temps à sa fonction de Dignitaire Caodaïste.

11.8 Le Très Vénérable Lê Văn Lịch (1890 – 1947) était Chef Spirituel de la pagode de la Source Eternelle, au village Long-an, à l’arrondissement Cân-Giuôc, en province Long-an. Cette pagode a été fondée par son père, le Très Vénérable Vieux Maître Lê Dao Long, pratiquant les enseignements religieux de la Branche Minh-Duong.
Au début de l’an lunaire du Tigre Bính Dần 1926, les Très Vénérables Pham Công Tac, Cao Quynh Cu, Cao Hoài Sang, Nguyên Ngoc Tuong sont allés à la pagode de la Source Eternelle pour organiser une séance de spiritisme. L’Esprit du Très Vénérable Vieux Maître Lê Dao Long – décédé et divinisé en Nhu-Y Dao-Thoàn Chon-Nhon – s’y est présenté et a recommandé Le Très Vénérable Lê Van Lich et toute sa famille de se convertir au Caodaïsme.
Le 15-03-An lunaire du Tigre Bính Dần, le Très Vénérable Lê Van Lich a été nommé, par Grâces Divines (c’est à dire directement nommé par Dieu dans une séance de spiritisme), Cardinal d’orientation confucianiste avec pour saint nom « Ngọc Lịch Nguyệt ».

11.9 Le Très Vénérable Trương Hữu Đức (1890 – 1976) a été nommé, par Grâces Divines, « Tiên Dao Pho Co Dao-Si (Médium taoïste) » le 15-03-An lunaire du Tigre Bính Dần (24-04-1926).
Le 12-01-An lunaire du Chat Đinh-Mão (13-02-1927), il a été nommé par Grâces Divines « Receveur Du Dharma », Dignitaire du Palais de l’Alliance Divine. En 1955, il a liquidé tous ses biens personnels pour ne s’occuper que de sa fonction de Dignitaire Caodaïste au Saint-Siège à Tây-ninh.
Le 21-05-An lunaire du Cochon Tân-Hợi (1971), il a été promu « Chef Suprême du Palais de l’Alliance Divine » du Saint-Siège Cao Dai à Tây-ninh.
Il est décédé le 15-12-An lunaire du Chat Ât-Mão (15-01-1976), à l’âge de 87 ans.

11.10 Le Très Vénérable Lý Trọng Quí (autre nom Hô Vinh Qui) (1872 – 1945).

11.11 Le Très Vénérable Lê Văn Giảng (1883 – 1932).

11.12 Le Très Vénérable Võ Văn Sang ou Secrétaire principal (son occupation dans la vie courante) Sang.

11.13 Le Très Vénérable Nguyễn Văn Hoài ou Secrétaire principal (son occupation dans la vie courante) Hoài.

11.14 Le Très Vénérable Nguyễn Trung Hậu (1892 – 1961) devenu disciple de Dieu Cao Dai à la fin de 1925. Le 15-03-An lunaire du Tigre Bính Dần (26-04-1926) il a été désigné, par Grâces Divines, « Tiên Dao Pho Co Dao-Si (Médium taoïste) ». Ensuite le 12-01-An lunaire du Chat Dinh-Mao (13-02-1927) il obtint la promotion divine de « Conservateur Du Dharma », Dignitaire Caodaïste du Palais de l’Alliance Divine au Saint-Siège Tây-ninh.
Il a été Rédacteur en Chef de la Revue Caodaïste (1930 – 1931) et le Mensuel « Dai-Dông (Fraternité Universelle) » de Liên-Hoà Tông-Hôi (Rassemblement Central de la Concorde Caodaïste) en 1932.
En 1957, il a été Directeur Principal de l’Ecole des Vertus assurant la formation des Elèves-Prêtres et des Prêtres au Saint-Siège Caodaïste à Tây-Ninh.
Il est décédé le 07-09-An lunaire du Buffle Tân-Suu (16-10-1961) chez lui. Ses restes ont été solennellement déplacés au cimetière du Saint-Siège Caodaïste à Tây-ninh le 07-09-An lunaire du Tigre Giap-Dân (21-10-1974).

11.15 Le Très Vénérable Đoàn Văn Bản a été le Principal de l’Ecole Primaire Câu-Kho (devenue actuellement Lycée Trân-Hung-Dao sise rue Trân Hung Dao, 1er Arrondissement, Hô Chi Minh Ville). Il a été invité par Le Très Vénérable Vuong Quan Ky d’assister à une séance de spiritisme et s’est ensuite converti au Caodaïsme. Suite aux conseils de ce dernier, il a décidé d’offrir sa maison pour y organiser des séances de spiritisme, à la fin de 1925. Depuis, cet endroit devenait la Sainte Maison Caodaïste de Câu-Kho , un des lieux historiques dans l’Histoire du Caodaïsme.

ORGANISATION DU CAO DAI

12. Qu’est-ce que « Pháp Chánh Truyền »?

« Pháp-Chánh-Truyền » est la Charte Religieuse que Dieu Cao Dai par sa miséricorde a promulgué à l’humanité pendant la Grande Cérémonie d’Inauguration de l’avènement du Caodaïsme le 16-10-An lunaire du Tigre Bính Dần (20-11-1926) à Từ-Lâm-Tự (Thiền-Lâm-Tự, Pagode de la Forêt de Méditation) à Go Ken, dans la province de Tây-ninh. C’est la Constitution Religieuse Caodaïste. Elle fixe et définit le nombre de dignitaires caodaïstes, leur fonction, leur pouvoir et l’élection de chacun des niveaux dans la hiérarchie de l’Eglise Cao Dai. Elle détermine les mécanismes de la législation, de l’application des Lois Religieuses, d’orientation de la Direction et de l’administration des fidèles.

13. Qu’est « Le Nouveau Code Caodaïste » ?

Le Nouveau Code Caodaïste est un ensemble des Lois Religieuses rédigées par Les Premiers Dignitaires Caodaïstes, suivant l’ordre divin, en se basant sur les Saintes Paroles de Dieu Suprême Cao Dai et en se basant sur les Lois des anciens enseignements religieux. Ce Nouveau Code Caodaïste a été ratifié par les Esprits Supérieurs par le biais du spiritisme et a été publié et mis en application en 1927.
Son contenu se compose de trois parties principales suivantes :
La Législation Religieuse ;
Les Lois Temporelles ;
Les Lieux de Méditation.

a. La Législation Religieuse ou l’ensemble des Lois qui régissent l’administration religieuse concernant l’observance caodaïste, l’enseignement religieux et la discipline religieuse. Cette partie est composée de 8 chapitres, 32 articles dont le chapitre I « Les Dignitaires Caodaïstes » est intégralement extrait de la Constitution Religieuse Caodaïste, en complétant par quelques interprétations explicatives.
b. Les Lois Temporelles régissent l’observance de la Foi des adeptes et les règles de vie communautaire concernant le mariage, la mort, la solidarité, l’éducation des enfants, l’exercice des métiers et professions de la vie courante etc. Cette partie est composée de 24 articles.
c. Les lieux de Méditation : cette partie du Code Religieux fixe les conditions d’admission à la Maison de Méditation pour les fidèles afin qu’ils puissent y pratiquer la méthode et les techniques de méditation. Elle régit les règlements intérieurs des Lieux de Méditation que les pratiquants sélectionnés doivent respecter et obéir durant leur séjour pour pouvoir progresser spirituellement. Elle comporte 8 articles.

14. Quelle est l’organisation de base de la religion Cao Dai ?

L’organisation fondamentale du Cao Dai est composée de trois corps :
Le Palais Octogonal (Bát-Quái-Đài) qui est la partie invisible de la religion;
Le Palais de l’Alliance Divine (Hiệp-Thiên-Đài) qui est la partie mi-invisible et mi-matérielle de la religion;
Le Palais des Neuf Degrés de l’Evolution (Cửu-Trùng-Đài) qui est la partie matérielle de la religion.
Ensemble, ces trois Palais représentent le saint corps de Dieu Suprême.
La Constitution Caodaïste et le Nouveau Code Religieux Caodaïste régissent l’organisation de la religion Cao Dai.

15. Quel est le Pouvoir du Palais Octogonal ?

Le Palais Octogonal Caodaïste détient le pouvoir de délivrance divine régi par Dieu Suprême, assisté par les Esprits Supérieurs de Bouddhas, d’Immortels, de Saints et de Génies. La structure de ce divin commandement se compose des Esprits de :
Fondateur de trois Anciennes Doctrines : Sakyamuni, Lao Tseu et Confucius ;
Représentant de Cinq Branches de la Grande Voie Divine: Le Grand Immortel Li T’ai Po ; Le Bouddha Féminin Guan Yin (Avalokitésvara) ; Le Saint Empereur Guan ; Jésus Christ et Le Chef des Génies Khuong Thai Công.

Dans la religion Cao Dai, le Palais Octogonal incarne la partie Divine Sacrée qui gouverne le Salut Divin de cette Troisième Ere de l’Amnistie Générale de Dieu par le principe de l’« Union de la volonté humaine et celle du Ciel » et en collaboration avec le Palais de Neuf Degrés de l’Evolution et avec le Palais de l’Alliance Divine.

16. Quelle est l’organisation du Palais de Neuf Degrés de l’Evolution et quelles sont ses fonctions ?

Le Palais de Neuf Degrés de l’Evolution représente l’organisation physique de la religion dont la hiérarchie se compose de neuf échelons :
1. Le Pape : un Dignitaire
2. Les Censeurs : trois Dignitaires
3. Les Cardinaux : trois Dignitaires
4. Les Archevêques : trente six Dignitaires dont trois Archevêques Principaux.
5. Les Evêques : Soixante douze Dignitaires
6. Les Prêtres : Trois Mille Dignitaires
7. Les Elèves Prêtres : illimités
8. Les Religieux (Chef religieux de la paroisse, Chef religieux adjoint de la paroisse, Inspecteur ou Inspectrice de la paroisse) : illimités
9. Les Adeptes ou Fidèles : illimités.

Les Dignitaires au grade de Pape, Censeur et Cardinal ont le pouvoir de Législation et d’Administration tandis que les autres n’exercent que la fonction d’Administration.
Les femmes Dignitaires Caodaïstes peuvent accéder au grade de Cardinal.
Veuillez lire la Constitution Religieuse Caodaïste pour de plus amples renseignements.

17. Quelle est l’organisation du Palais de l’Alliance Divine et quelles sont ses fonctions ?

Le Palais de l’Alliance Divine exercent deux fonctions principales suivantes :
- Communiquer avec le monde de l’Invisible, c’est-à-dire faire l’intermédiaire entre le Palais Octogonal et le Palais de Neuf Degrés de l’Evolution.
- Protéger, préserver et faire respecter les Lois Religieuses.

Le Palais de l’Alliance Divine se compose des grades suivants :
C’est le Gardien des Lois Religieuses (Hô-Phap) qui est à la tête du Palais de l’Alliance Divine, aidé par Le Supérieur du Spirituel (Thuong Phâm) à sa droite et par le Supérieur du Temporel (Thuong Sanh) à sa gauche. Chacun de ces trois Dignitaires se trouve à la tête de ces trois conseils suivants :

Supérieur du Gardien des Supérieur du
Spirituel Lois Religieuses Temporel

+ Le Conservateur Le Conservateur Le Conservateur
du Dao du Dharma du Temporel
+ Le Donneur Le Donneur Le Donneur
du Dao du Dharma du Temporel
+ L’Instructeur L’Instructeur L’Instructeur
du Dao du Dharma du Temporel
+ Le Receveur Le Receveur Le Receveur
du Dao du Dharma du Temporel

En plus, il y a Douze Dignitaires de l’Académie Religieuse Caodaïste ; le Comité de la Charité ; le Ministère de la Justice, le Comité du Temporel. Veuillez lire la Constitution Religieuse Caodaïste, chapitre « Palais de l’Alliance Divine ».

18. Quelle est l’organisation administrative de la religion Cao Dai ?

L’Administration centrale se compose de neuf instituts :
 Institut de l’Education
 Institut de la Santé
 Institut de l’Agriculture
 Institut de la Finance
 Institut de l’Alimentation
 Institut des Entreprises
 Institut de l’Intérieur
 Institut du Culte et des Rites
 Institut de la Justice

L’Administration régionale se divise en :
 Evêché religieux, qui comprend plusieurs provinces religieuses, administré par un Evêque.
 Province religieuse administrée par un Prêtre.
 Comté religieux administré par un Elève Prêtre.
 Paroisse administrée par un Chef Religieux de la paroisse, assisté par un ou plusieurs Adjoints et un Inspecteur.

19. Qu’est-ce qu’une Paroisse?

Selon le Nouveau Code Religieux Caodaïste, les articles 16 et 17 : Il est permis de constituer une Paroisse, là où il y a environ 500 adeptes qui se réunissent à une église – la Maison de culte caodaïste – sous l’autorité d’un ou d’une dignitaire. La constitution d’une paroisse doit être autorisée par le Pape et seulement par Son autorité. Le chef de la paroisse est un(e) Elève Prêtre, nommé(e) par l’Eglise Centrale Caodaïste.

20. Comment est organisé le Conseil d’Administration d’une Maison de culte caodaïste (littéralement Sainte Maison, Thánh-Thất en viêtnamien) ?

Le Conseil d’Administration d’une Maison de culte caodaïste administre toutes les affaires courantes et religieuses de la paroisse. Il est élu par les fidèles de la paroisse et son mandat est généralement de deux ans. Il est composé de :
• Un Président
• Deux Vice-présidents (un homme et une femme)
• Un Secrétaire Général
• Un Secrétaire Général adjoint
• Un Trésorier Principal
• Un Trésorier adjoint
• Deux Vérificateurs.

Au total 9 membres. En plus, il y a des Comités suivants, directement attachés au Conseil d’Administration de la Maison de culte en fonction des besoins locaux de chaque paroisse :
• Comité des Affaires extérieures
• Comité de la Construction et/ ou de l’Entretien de bâtiment
• Comité des Affaires culinaires
• Comité des Rites et du Culte
• Comité des Etudes bibliques et de l’Enseignement religieux
• Comité de l’Agriculture
• Comité de Petite ou Moyenne Entreprise
• Comité de la Charité
• Comité de la Formation des jeunes.

21. Qu’est-ce le Conseil Religieux ?

Le Conseil Religieux est composé des sous-dignitaires exerçant les fonctions administratives dans la hiérarchie de l’Eglise Centrale Caodaïste. Ces postes sont créés par le Pape Spirituel Caodaïste Li T’ai Po. Le Conseil Religieux d’une paroisse est composé de :
1. Un Chef Religieux
2. Un Chef Religieux adjoint
3. Un Inspecteur
4. Une Inspectrice

Le Chef Religieux de la paroisse administre la paroisse sous son autorité, suivant la hiérarchie administrative, que le Pape Spirituel Li T’ai Po a créé. Ci-dessous, la Sainte Instruction du Pape Spirituel Caodaïste :
« Le Chef Religieux de la paroisse est la personne qui Me (le Pape Spirituel) remplace. Il ou elle est l’Aîné(e) de tous les fidèles de la paroisse.
Le Chef Religieux s’occupe de la vie tous les adeptes du Divin Maître, des adeptes soumis à son autorité. Il doit aider ceux qui sont en difficultés et ceux qui vivent dans la pauvreté. Il considère tous les adeptes comme ses propres frères et sœurs.
Le Chef Religieux de la paroisse est le petit frère du Cardinal. »

Le Chef Religieux Adjoint est aussi un sous-dignitaire de la même collectivité locale que le Chef Religieux. Sa fonction est de seconder le Chef Religieux afin qu’il a assez du personnel pour aider tous les adeptes en difficultés ou dans la pauvreté dans leur paroisse. Le Chef Religieux Adjoint a le pouvoir exécutif mais non pas le pouvoir législatif. S’il trouve des affaires qui pourraient porter atteinte à la religion, il doit les rapporter au Inspecteur ou à l’Inspectrice afin qu’ils rectifient et en trouve une solution correcte. Le Chef Religieux Adjoint est le petit frère du Pape.
L’Inspecteur ou l’Inspectrice est le poste que le Pape Spirituel recommande au Gardien des Lois Religieuses à créer. Son grade est le même niveau que le Chef Religieux Adjoint. Cependant il a le pouvoir législatif mais non pas le pouvoir exécutif. Il est le représentant du Palais de l’Alliance Divine. Il a le droit d’examiner les Lois Religieuses et d’observer ce que fait le Chef Religieux Adjoint surtout déceler les injustices que l’Eglise Centrale ne peut pas être au courant. Ceci est sous la responsabilité de l’Inspecteur ou l’Inspectrice. Il a le même pouvoir que le Chef Religieux Adjoint pour apporter de l’aide aux personnes qui sont en difficultés, dans la misère ou seules.
L’inspecteur ou l’Inspectrice est le petit frère ou la petite sœur du Gardien des Lois Religieuses.

22. Quelles sont les activités d’une Maison de culte Caodaïste ?

Les voici :

 Faire les quatre séances de prières quotidiennes. Après les messes bi-mensuelles, le 1er et le 15ème jour du mois lunaire, diffuser les nouvelles et informations sur les activités religieuses de la paroisse.
 Organiser les Grandes Cérémonies de la religion.
 Organiser les cérémonies de funérailles, de mariage pour ses adeptes.
 Organiser le baptême pour de jeunes enfants.
 Organiser les messes de requiem pour les défunts.
 Organiser les messes de prières demandant la protection divine pour le monde entier.
 Organiser des séances ou sessions de méditation.
 Organiser des séances d’étude biblique caodaïste et d’autres religions.
 Former les jeunes à l’éthique et la moralité pour devenir de futurs bons citoyens dans la société.
 Organiser des campagnes de charité pour aider les victimes des sinistres ou les défavorisés …
 Entretenir des relations extérieures avec d’autres oratoires caodaïstes ou d’autres religions ou avec des organismes gouvernementaux ou d’autres associations en tant qu’un organisme religieux.

23. Pourquoi une Maison de culte caodaïste ou un Temple caodaïste est-il appelé comme « le saint Corps de Dieu » ?

Généralement, l’architecture d’une Maison de culte ou d’un temple caodaïste est constituée de trois chapelles : la chapelle octogonale ; la chapelle de neuf degrés de l’évolution et la chapelle de l’alliance divine.
La chapelle octogonale est une tour octogonale où se trouve l’autel principal. Elle représente le Sacré de la religion, appartient au Pouvoir Divin de Dieu et des Esprits Supérieurs de l’Invisible ayant la mission dans cette Troisième Ere Universelle du Salut Divin de Dai Dao. Elle correspond à l’Esprit de la religion.
La chapelle de Neuf Degrés de l’évolution est le lieu de culte où tous les dignitaires et adeptes se recueillent et font la prière en direction de la Chapelle Octogonale. Au Saint-Siège, le Palais de Neuf Degrés de l’Evolution est construit sur 9 niveaux correspondant aux neuf Grades célestes de bas en haut. Du point de vue doctrinale, elle représente tous les êtres vivants dont l’existence émane essentiellement de Dieu Le Créateur de l’univers. La chapelle de Neuf Degrés de l’Evolution détient le Pouvoir Temporel appartenant aux humains. Elle correspond à l’Essence Matérielle ou le Corps de la religion.
Au Saint-siège, le Palais de l’Alliance Divine, adjacente à celui de Neuf Degrés de l’Evolution, où loge le trône du Gardien des Lois Religieuses, Chef suprême du Palais de l’Alliance Divine. Il se trouve entre les deux tours à la façade du bâtiment : celle de la Cloche du Palais Céleste de Jade Blanc et celle du Tambour du Tonnerre Céleste. C’est ici que les dignitaires du Palais de l’Alliance Divine de l’Eglise organisent les séances de spiritisme afin de recevoir les enseignements et les instructions divins. Le Palais de l’Alliance Divine détient le Pouvoir Spirituel. Il transmet le Pouvoir Divin du Palais Octogonal au Palais de Neuf Degrés de l’Evolution, grâce à cela que la religion puisse fonctionner harmonieusement. Il correspond au Souffle ou l’Energie Vitale de la religion.
Ces trois Palais ensemble représentent le Divin Corps de Dieu qui englobe l’Invisible, le monde matériel et le Pouvoir Divin. Grâce à cela que tous les êtres vivants peuvent naître, grandir et évoluer. C’est pourquoi la Maison de culte ou la Sainte Maison doit être construite complètement suivant cette architecture et l’Eglise Caodaïste doit présenter intégralement tous les Dignitaires de ces trois Palais pour pouvoir représenter correctement Dieu sur terre.

24. Quel est le jour de la cérémonie inaugurale de l’avènement du Caodaïsme ?

C’est le jour que Dieu a choisi pour inaugurer publiquement l’avènement de la religion Cao Dai ou la Troisième Ere Universelle du Salut Divin de Dai Dao.
Cette cérémonie historique a débuté le soir du 14 au matin du 15-10-An lunaire du Tigre Bính Dần (19-11-1926), à la pagode Tu-Lâm-Tu ou Thiên-Lâm Tu à Go-Ken, au village Long Thành, à l’arrondissement Hoà-Thành, dans la province Tây-ninh. Elle a duré des mois.
Les Dignitaires les plus élevés de la religion y ont fait le serment à cette occasion en acceptant leur noble mission de faire répandre la religion dans le public.
Ensuite, la Constitution Caodaïste a été établie directement par Dieu Suprême et a été divulguée devant le public le 16-10-An lunaire du Tigre Bính Dần.
C’est pourquoi tous les Caodaïstes fêtent le jour de l’avènement du Caodaïsme, le 15 octobre lunaire, pour commémorer annuellement ce jour solennel que Dieu a officiellement autorisé l’annonce de la naissance de la religion avec son Eglise parfaitement structurée suivant une Charte Religieuse Divine.


Pagode « Thiền Lâm Tự » à Go Ken, Tây-Ninh


BUTS ET PRINCIPES DIRECTEURS

25. Quels sont les buts de la religion Cao Dai?

Le premier but du Caodaïsme vise à éduquer en bien l’être humain et à construire une société d’égalité pour un monde de fraternité universelle. Cet humanisme caodaïste est pensé comme la voie idéale pour tout un chacun.

Du point de vue spirituel, le Caodaïsme vise à aider l’être humain à se libérer lui-même de ses conditions charnelles, de ses soucis de vie et de mort, en rompant son cycle de réincarnations successives. Cette pensée libératrice est considérée comme la voie céleste ou la voie ésotérique du Caodaïsme.

En résumé, le but du Caodaïsme est double :
La fraternité universelle pour la société humaine.
La libération de l’âme humaine pour l’esprit des individus.

26. Que signifie l’expression : « la Voie Humaine Caodaïste est universaliste »?

La Voie Humaine que propose le Caodaïsme prend la forme d’un humanisme. En effet, par une approche sociale et une morale humaine précises, elle cherche à résoudre toutes les facettes de la vie quotidienne de chaque être humain. L’objectif final de cette construction collective est de concrétiser une société à la fois fraternelle, pacifique, égalitaire, sûre, heureuse et orientée vers le progrès social et individuel.

Cette voie humaine caodaïste est universelle, ne faisant pas de différence avec la classe sociale, la communauté de pensée, la religion, le pays, la race ou l’ethnie à laquelle vous appartenez. Elle se base sur le respect de l’Homme (dans ses aspects physiques et culturels), de sa dignité et de ses droits. La conduite de chacun prendra progressivement le chemin de la perfection, dans le but de construire un monde humain civilisé, moral, éthique et pacifique. Ce monde, idéal, est souvent appelé par les caodaïstes « la Sainte Société » (Đời Thánh-Đức en vietnamien). Dans un sens plus large, la voie terrestre prêchée par le Caodaïsme préconise l’amour universel envers tous les êtres vivants, que ce soient les végétaux, les insectes, les animaux ou les humains.

27. Quelle est la signification de l’expression : « la Voie Céleste Caodaïste est libératrice de l’âme humaine » ?

« La Voie Céleste Caodaïste », appelée aussi l’ésotérisme caodaïste, se présente comme la voie divine permettant aux élus (dont les critères de sélection sont indiqués dans la question n° 57) de pratiquer la méditation pour pouvoir se libérer complètement des conditions de vie matérielles et terrestres. Le choix de cette voie devra éliminer, de fait, les causes de la misère physique et mentale. Une fois leur vie terrestre terminée, les disciples pratiquant cette méditation parviendront à la délivrance totale de leur âme, rompant ainsi le cycle des réincarnations successives pour demeurer éternellement au Paradis ou Nirvana.

Pour atteindre un tel degré de perfection, le pratiquant doit suivre le Grand Cycle de l’Esotérisme caodaïste (Thiên-Dao Dai-Thua ou Nôi-Giao Tâm-Truyên ou Cao-Dài Dai-Dao en vietnamien) et les préceptes de méditation qui s’y rattachent. Tout en forgeant son corps et son esprit, il aura pour mission d’aider autrui à suivre le chemin du Bien.

28. Quel est le principe directeur du Caodaïsme ?

Le principe directeur du Caodaïsme préconise « le retour à l’origine des Trois Anciennes Doctrines et le rassemblement des Cinq Branches Religieuses en Une ».
Les Trois Anciennes Doctrines (Tam Giáo) sont : le Confucianisme ; le Taoïsme et le Bouddhisme. La Grande Voie Caodaïste (Dai Dao) met en place un enseignement religieux universel. Elle englobe toutes les facettes culturelles de la vie humaine grâce à la synthèse des enseignements de ces Trois Anciennes Doctrines. Cet enseignement synthétique est en effet capable de :

Former, grâce à l’Humanisme confucianiste, un être humain digne de ce nom, dans une société fraternelle, pacifique, heureuse et juste;
Instruire l’homme, grâce à la voie naturelle et métaphysique du Taoïsme, de telle façon qu’il sache entretenir harmonieusement son corps et son esprit afin d’atteindre une vie paisible et un sentiment d’autosuffisance.
Libérer enfin l’homme, grâce à la voie d’Eveil intérieur du Bouddhisme, de toutes les causes de misère rencontrées sur terre.

Ce principe directeur est l’approche idéale pour réaliser deux objectifs : d’une part celui de la voie humaine, qui vise la construction d’un monde juste, miséricordieux et fraternel sur terre ; d’autre part celui de la voie divine, qui vise la délivrance complète de l’âme humaine en rompant le cycle infernal de réincarnations successives.

Les Cinq Branches Religieuses (Ngũ Chi) sont :
1. L’Humanisme (Nhân Đạo).
2. Le Culte des Génies (Thần Đạo).
3. Le Culte des Saints (Thánh Đạo).
4. Le Taoïsme (Tiên Đạo).
5. Le Bouddhisme. (Phật Đạo).

Ce sont les cinq niveaux spirituels à réaliser progressivement, comme les cinq marches d’un escalier à monter. L’expression caodaïste « Rassembler les Cinq Branches Religieuses en Une » (Ngũ Chi Phục Nhất en vietnamien) est lourde de sens. Elle signifie que ces Cinq Branches sont unifiées en une seule et même doctrine, de telle sorte que les particularismes de chacune des branches soient complémentaires les unes des autres. La synthèse doctrinale ou le Dharma universel ainsi formé peut dès lors concourir à aider les humains à atteindre l’objectif de se perfectionner afin de se délivrer.

29. Quelle est la signification du dogme caodaïste voulant que « Toutes les religions soient issues de la même Vérité » ?

Parallèlement au principe directeur qui commande « le retour à l’origine des Trois Anciennes Doctrines et le rassemblement des Cinq Branches Religieuses en Une », la religion Cao Dai affirme qu’il existe « Une seule et même Vérité pour toutes les religions ».

Suivant cet axiome, le Caodaïsme admet l’existence d’autres « vraies religions » (chon-dao ou chanh-dao) qui par leurs buts religieux orientés dans un esprit de recherche de Vérité, instruisent les êtres humains et les guident vers une vie emplie de morale et de vertu. Que les êtres humains se perfectionnent ! Qu’ils améliorent leur propre société humaine ! Qu’ils parviennent enfin à délivrer leur âme après leur éphémère vie terrestre !

Par conséquent, le Caodaïsme prône le respect de la croyance des autres religions. Il énonce le principe commun à tous les enseignements religieux lesquels, ensemble, constituent l’enseignement dit de la Grande Voie (Dai Dao), capable – espérons-le – d’éveiller toute l’humanité.

CULTE ET RITES CAODAÏSTES


30. Quelle est la signification de l’ŒIL divin (Thiên Nhãn)?

Symbole sacré, l’Œil Divin est l’Œil de DIEU. Dieu s’est lui-même manifesté devant son Premier Disciple, le Très Vertueux Ngô Minh Chiêu (1878-1932), par un Grand Œil auréolé d’une magnifique lumière (cette scène se déroula en 1921. Voir question n° 4). Ce même disciple recevra par la suite l’instruction divine de le faire dessiner comme emblème divin au sein du Caodaïsme.
Dans un message spirite, Dieu a ainsi expliqué :
« Vénérer l’Œil divin, c’est vénérer Votre Maître. Pourquoi l’Œil divin est-il Dieu, votre Maître ?
Votre Maître que Je suis vous a déjà enseigné :
«Les yeux sont le miroir du cœur (la conscience),
De deux yeux émanent deux sources de lumière principales.
La lumière, c’est l’Esprit,
L’Esprit, c’est Dieu,
Dieu, c’est Moi.»

Vos deux yeux sont deux organes humains, le Yin et le Yang. L’Œil Divin est l’Être Universel. Les deux sources de lumière sont le soleil et la lune qui éclairent périodiquement tout l’univers sans relâche. Quand le jour finit, c’est la nuit. Quand la nuit finit, commence le jour. Et ce éternellement. »

En conclusion, vénérer l’Œil Divin c’est vénérer Dieu, le centre de l’Esprit de l’univers, la Monade Universelle, l’Être Suprême, le Créateur de l’Univers. C’est vénérer le Dieu du Cao Dai.









L’ŒIL DIVIN sur l’Autel dans les Temples ou Oratoires caodaïstes.

31. Quels sont les Esprits Supérieurs (Đấng Thiêng-Liêng en vietnamien) que vénèrent les caodaïstes ?

En dessous de la représentation de l’ŒIL Divin, se trouvent sur l’autel les Trois Fondateurs des Trois Anciennes Doctrines (Tam Giáo) :

Sakyamuni pour le Bouddhisme ;
Lao Tseu pour le Taoïsme ;
Confucius pour le Confucianisme.

Viennent ensuite Trois Majestueux Représentants de ces Trois Anciennes Doctrines dans le Caodaïsme :

Pour le Taoïsme, le Représentant Solennel est l’Esprit du poète chinois Li Po (Lý Thái Bạch en vietnamien).
Pour le Bouddhisme, la Représentante Solennelle est l’Esprit du Bouddha Féminin Guan Yin (Avalokitésvara).
Pour le Confucianisme, le Représentant Solennel est l’Esprit du Saint Empereur Guan (ou Quan Thánh Đế Quân en vietnamien) de l’époque des Trois Royaumes en Chine.

Ensuite, au centre et en dessous du poète chinois Li Po, se succèdent verticalement :

L’Esprit de Jésus Christ, représentant du culte des Saints.
L’Esprit de Khuong Thai Công, un très ancien Général chinois, représentant du culte des Génies.
En dernier lieu, le trône du Pape (Đức Giáo Tông) du Caodaïsme, représentant des humains.

La disposition des Divinités sur l’autel caodaïste se veut le reflet fidèle du principe directeur du Caodaïsme : « Le retour à l’origine des Trois Anciennes Doctrines et le rassemblement des Cinq Branches Religieuses en Une ».

32. Quelle est la disposition des objets de culte sur l’autel et leur signification ?


(1)

(4) (2) (3)
(6) 8 – 7 – 9 (5)
(12) (10) (11)

Disposition des objets de culte sur l’autel

Légende :
(1): Œil Divin (Thiên Nhản)
(2): La lampe de la Monade Universelle (Thái Cực) qui doit être allumée continuellement.
(3): Les fleurs du côté Yang
(4): Les fruits du côté Yin
(5): une tasse d’eau pure du côté Yang
(6): une tasse de thé du côté Yin
(7 - 8 - 9): trois verres de vin
(10): Le brûle-encens
(11 - 12): Deux chandelles blanches, des côtés Yang et Yin

La lampe de la Monade Universelle est allumée sans interruption. Elle représente l’origine de l’univers, l’énergie originelle et éternelle à partir de laquelle ont été créées la Dyade Universelle, c’est-à-dire les sources négative (le Yin) et positive (le Yang) qui ont donné naissance à toutes les créatures. D’après « Le Véritable Enseignement du Cycle Supérieur Caodaïste » (Dai-Thua Chon-Giao, page 66), elle représente aussi « la lampe de notre conscience », par laquelle les Esprits supérieurs, Bouddhas ou Immortels, peuvent nous enseigner la Voie (le Dao) à suivre pour atteindre la divinisation de notre âme .

Les deux chandelles symbolisent la Dyade Universelle. C’est une interprétation du principe taoïste de la Genèse de l’univers : « De l’Un (Monade) sont nés les Deux (Dyade). Des Deux sont nés les Trois. Les Trois ont créé toutes les créatures de l’univers ».

Les fleurs et les fruits sont respectivement disposés du côté Yang et Yin.

La même symbolique touche la disposition des tasses d’eau pure et de thé (respectivement du côté Yang et Yin).

Parallèlement à cette symbolique, les Fleurs, le Vin et le Thé représentent les Trois Joyaux de l’homme : la Quintessence du corps humain (Tinh), son Souffle (Khí) et son Esprit (Thần).

Le brûle-encens contient cinq bâtons. Leur symbolique est double, puisqu’ils représentent à la fois la réunion des Cinq Eléments changeants de l’univers (le Métal, le Bois, l’Eau, le Feu et la Terre), et les Cinq degrés de l’Initiation caodaïste, à savoir :
• L’observance des Lois religieuses.
• La Méditation ou Dhyâna.
• La Sagesse ou Prajna.
• La vraie Connaissance du Bouddha.
• La Délivrance Spirituelle.

33. Quelle est la signification du mot « Souffle » calligraphié au dos de l’autel du Gardien des Lois religieuses ?

L’autel du Gardien des Lois Religieuses est situé face à l’autel principal. Au Saint-siège de Tây Ninh, cet autel abrite le trône du Gardien des Lois religieuses (Hộ-Pháp Phạm Công Tắc), dont une des fonctions est de protéger l’office religieux. A sa gauche et à sa droite siègent respectivement son Adjoint Supérieur du Temporel (Thượng-Sanh) et celui du Spirituel (Thượng-Phẩm).

A l’arrière de l’autel du Gardien des Lois religieuses est calligraphié le caractère chinois « Souffle » (Khí) qui symbolise le souffle originel de l’univers, le souffle « Pré-créateur » (Khi Tiên-Thiên) de l’énergie cosmique initiale existant avant la création de l’univers.

Par conséquent, une église caodaïste comporte à la fois un côté dans lequel règne l’Esprit de l’univers, et un autre où siège le Souffle de l’univers. Cette disposition rappelle que l’Esprit et le Souffle sont la base de la Vie et de l’évolution de toutes les créatures.

34. Comment sont composées et utilisées les « Prières Spirituelles » et les « Prières Temporelles » Caodaïstes ?

1. Les Prières Spirituelles (Kinh Thiên-Đạo) se composent :

1.1 De Prières pour les Quatre Séances de Prières Quotidiennes (Cúng Tứ Thời): Offrande d’encens ; Ouverture des Prières ; Hymne à la gloire de Dieu ; Oraison du Bouddhisme ; Oraison du Taoïsme ; Oraison du Confucianisme ; Offrande des Trois joyaux : des Fleurs – du Vin – du Thé ; Cinq vœux Caodaïstes. Ces prières sont récitées au Temple Principal de Dieu.
Au Temple de la Mère Divine de l’univers (Diêu-Trì Kim-Mẫu), on récite les prières suivantes : Offrande d’encens ; Ouverture des Prières ; Prières à la Mère Divine de l’univers ; Oraison de l’Infinitude des Bienfaits de la Mère Divine de l’univers ; Offrande des Trois joyaux : des Fleurs – du Vin – du Thé ; Cinq vœux caodaïstes.
Au jour de célébration des Esprits Supérieurs, on récite également les louanges à l’Esprit du Grand Immortel Li Po, du Bouddha Féminin Guan Yin (Avalokitésvara), du Saint Empereur Guan Yu ou Quan Thánh Đế Quân ; de Jésus Christ et du Grand Général Chinois Khương Thái Công des Tcheou.
1.2 De Prières de Bénédiction pour la santé et de Protection contre les mauvais esprits.
1.3 De Prières pour chacun des derniers instants de la vie : le dernier souffle, la mise en bière, les obsèques, l’enterrement.
1.4 De Prières de deuil ou de Requiem: les neuf premières cérémonies (tous les neuf jours après le décès) ; la petite cérémonie des deux cent jours après le décès ; la grande cérémonie de trois cents jours après décès ; la messe sollicitant la délivrance des esprits malheureux, la messe de commémoration des soldats morts pour la patrie.
1.5 D’une Prière de Repentance
1.6 De Prières d’Absolution (pour la rémission du karma), de Conversion et de Baptême.
1.7 Véritable Prière du Bouddha Maîtreya.

2. Les Prières Temporelles (Kinh Thế-Đạo) se composent :

2.1 De prières récitées lors de différents offices religieux suivants : avant la séance d’enseignement religieux, à l’ouverture d’une réunion religieuse, à la clôture d’une réunion religieuse, à chaque séance d’étude.
2.2 De prières quotidiennes rythmant une journée de la vie courante : au départ et au retour du travail, au coucher et au réveil, avant et après chaque repas.
2.3 De prières pour la cérémonie du Mariage.
2.4 De prières à la mort du Roi ou du Président de la nation, du Professeur ou du Maître, de chacun des Parents, de l’époux ou de l’épouse, des Grands Parents, des membres de la famille, des Frères ou des Sœurs.
2.5 D’une Prière d’Appel au Secours Divin (face à un danger ou une maladie grave, lors d’un emprisonnement injuste ou d’un malheur grave, etc.).

35. Quels sont les Cinq Vœux Caodaïstes et leur signification ?

La prière des Cinq Vœux Caodaïstes (Ngũ Nguyện) est récitée à la fin de chaque séance de prières pour clôturer la cérémonie:

Premier vœu : Que la Grande Voie Dai-Dao se propage et s’ouvre à tous !
Deuxième vœu : Qu’Elle apporte le Salut à tous les êtres vivants (des végétaux, des insectes, des animaux et des humains).
Troisième vœu : Pardonnons les fautes d’autrui comme Dieu miséricordieux nous pardonne !
Quatrième vœu : Puisse la paix régner dans le cœur de chacun d’entre nous et dans le monde entier !
Cinquième vœu : Que la sécurité règne dans l’Oratoire ou la Sainte Maison (Thánh-Thất*)!

(*) dont l’architecture trinitaire (Bát Quái Đài, Cửu Trùng Đài, Hiệp Thiên Đài) symbolise l’univers, l’homme et jusqu’à chaque être vivant tel que l’animal, l’insecte ou le végétal.

On trouve un résumé de la signification de ces cinq vœux dans le poème (traduction) suivant :

« Premier Vœu : Que le Dai-Dao s’ouvre et soit connu du monde entier,
Ne craignez pas les difficultés si vous vous décidez à travailler pour l’humanité !
Deuxième vœu : Apportez le Salut à tous les êtres vivants : végétaux, insectes, animaux et humains !
Soyez déterminé à répandre l’enseignement pour instruire tous les citoyens.
Troisième vœu : Pardonnons les fautes d’autrui comme Dieu miséricordieux nous pardonne,
Soyez tolérant, surpassez votre opiniâtreté car la vie elle-même est imperfection.
Quatrième vœu : Prions pour la paix dans le monde entier,
Soyez calme et serein pour maîtriser mille karmas.
Cinquième vœu : Que l’église (du Maître Cao Dai) soit en sécurité,
Au premier jour du mois lunaire et à celui de la pleine lune, organisez-y les séances d’enseignement religieux,
Afin de rassurer la dévotion de la population,
Et de consolider la foi des coreligionnaires. »

36. Comment sont célébrés le petit office, l’office moyen et le grand office?

a. Le petit office (Tiểu-Đàn) est souvent célébré chez un adepte ou dans une Maison de culte caodaïste pour les quatre séances de prières quotidiennes. On y récite simplement les prières sans autres formalités liturgiques.
b. L’office moyen (Trung-Đàn) est célébré dans une Maison de culte caodaïste ou au Saint-Siège le premier jour de chaque mois lunaire (sans lune) ou le 15ème jour lunaire (pleine lune). L’office moyen est plus grand que le petit office. On y récite les mêmes prières, accompagnées cette fois d’une musique religieuse traditionnelle. L’office commence par 36 coups de tambour appelé « Tambour du Tonnerre » (Lôi-Âm Cổ) et se termine par 3 autres coups. On frappe également 36 coups de la grande cloche appelée « Cloche du Palais Céleste de Jade Blanc » (Bạch-Ngọc Chung). A la fin de cet office moyen, on lit une Supplique (Lá Sớ) s’adressant à Dieu et aux Esprits Supérieurs afin d’avoir la Bénédiction pour la paix mondiale. Cette lettre est brûlée à la fin de sa lecture.
c. Le grand office (Đại Đàn) est entièrement célébré sous la responsabilité de trois Comités liturgiques : ceux des Rites (Ban Nghi Lễ), de Musique traditionnelle religieuse (Ban Lễ Nhạc) et de Chœurs liturgiques (Ban Đồng Nhi). L’offrande des trois joyaux est exécutée par quatre élèves attachés aux Rites (Lễ Sĩ).
Au commencement de la célébration du grand office, on entend les trois séries de 12x12 coups du « Grand Tambour du Tonnerre » et de la « Grande Cloche du Palais Céleste de Jade Blanc » en terminant, pour chaque instrument, par trois autres coups. Une Supplique y est lue et brûlée après sa lecture. (ASPC 1973, Tome I, page 24)
Avant de débuter le grand office, le Comité de Musique (Ban Lễ-Nhạc) joue les morceaux rythmant la progression de la cérémonie. La Grande Cloche et le Grand Tambour sont joués suivant le morceau musical dit « l’Oracle de Dieu, l’Empereur de Jade » (Ngọc-Hoàng Sấm).
Le grand office comporte des rites extérieurs et des rites intérieurs.
Les rites extérieurs (Ngoại-Nghi) consistent à préparer les offrandes, destinées à l’Autel Principal de Dieu, à partir de l’autel du Gardien des Lois religieuses. C’est de cet Autel que les élèves attachés aux Rites apporteront les offrandes au Principal de l’office, qui s’agenouille devant l’Autel Principal.
Les rites intérieurs (Nội-Nghi) sont exécutés à l’intérieur de l’enceinte même de l’Autel Principal de Dieu par le Principal de l’office. Celui-ci a pour tâche de présenter les offrandes à Dieu et aux Esprits supérieurs.

37. Veuillez expliquer la cérémonie de conversion au Caodaïsme ?

La personne qui souhaite, de son plein gré, devenir caodaïste sera reçue au milieu d’une cérémonie de conversion. Se convertir au Caodaïsme signifie que l’on passe la porte d’entrée de la « Sainte Maison Cao Dai » à la recherche du Dao.
La célébration de la conversion est organisée dans un oratoire caodaïste et est présidée par son Chef spirituel. La célébration nécessite la présence et le témoignage de la famille de la personne intéressée, des sympathisants. Elle se déroule devant des fidèles de la paroisse et en particulier avec la présence de deux anciens caodaïstes qui se portent garants de la piété du candidat.
Solennel, ce rituel est souvent célébré après l’office du 1er jour ou du 15ème jour du mois lunaire. La personne convertie au Caodaïsme se présente à genoux puis prête serment à haute voix devant l’autel de Dieu avec l’aide du Chef Spirituel de la Paroisse. Il promet d’obéir et de respecter les Lois caodaïstes toute sa vie, et de devenir un adepte fidèle au Dieu Cao Dai.
Ensuite, le Chef Spirituel exécute le sacrement de la conversion, en tant que Représentant Divin pour admettre officiellement le nouvel adepte. Le nom du ou de la nouvel(le) adepte sera enregistré dans les livres de la Paroisse.
Après la conversion, l’adepte bénéficiera spirituellement de l’amnistie universelle divine s’il ou elle applique les enseignements reçus et les Trois Pratiques Caodaïstes, à savoir: la Bienfaisance, l’Observance religieuse et la Méditation. Se perfectionnant progressivement, jour après jour, il ou elle pourra aider ses proches et/ou ses voisins à suivre le chemin du Bien en suivant son propre exemple.

38. Veuillez expliquer la signification du « Tambour du Tonnerre » et de « la Cloche du Palais Céleste de Jade Blanc » ?

Le « Tambour du Tonnerre » signifie que le son du Grand Tambour est comparable à celui du tonnerre tandis que la « Cloche du Palais Céleste de Jade Blanc » représente la cloche du Paradis, le Palais du Cao Dai.
Ces deux instruments sont utilisés lors de la célébration d’un grand office. Au début du grand office, on entend trois séries de 12x12 coups de tambour et de cloche. Au total, sont frappées 36 suites de 12 coups pour chacun de ces instruments. Ce rite est appelé « l’Oracle de Dieu Empereur de Jade ». Il peut être considéré comme une influence du Bouddhisme.

39. Veuillez citer les grandes célébrations caodaïstes dans l’année ?

Les voici, par ordre chronologique :

Le 9ème jour de janvier lunaire est la plus grande fête caodaïste en commémoration de DIEU, le Créateur de l’univers, notre Père Spirituel Miséricordieux de tous les êtres vivants, le Dieu Cao Dai.
Le 15ème jour de février lunaire est célébré pour commémorer l’Esprit du Maître Suprême du Dao (Thái Thượng Đạo-Tổ), fondateur du Taoïsme.
Le 8ème jour d’avril lunaire est célébré pour commémorer l’Esprit de Sakyamuni, fondateur du Bouddhisme. La Religion bouddhiste choisit le 15ème jour d’avril lunaire (au lieu de 8ème jour ).
Le 18ème jour d’avril lunaire est célébré pour commémorer l’Esprit de Khuong Thai Công, représentant des Génies.
Le 19ème jour de juin lunaire est célébré pour commémorer l’Esprit du Bouddha Féminin Guan Yin (Avalokitésvara), Deuxième Majestueuse Représentante Bouddhiste de la Troisième Ere Universelle du Salut Divin de Dai Dao.
Le 24ème jour de juin lunaire est célébré pour commémorer l’Esprit du Saint Empereur Guan ou Quan Thánh Đế Quân, Troisième Majestueux Représentant confucianiste de la Grande Voie Cao Dai.
Le 15ème jour d’août lunaire est célébré pour commémorer la Mère Divine d’Amour infini de l’univers (Diêu-Trì Kim-Mẫu). C’est une très Grande Fête caodaïste, dans la soirée de ce jour il y a la célébration du Banquet des pêches de l’Immortalité (Hội Yến Bàn-Đào) présidé par la Divine Mère Céleste avec ses neuf Muses Immortelles.
Le 18ème jour d’août lunaire est célébré pour commémorer l’Esprit du Grand Poète chinois Li T’ai Po, Premier Majestueux Représentant Taoïste et Pape spirituel de la Grande Voie Cao Dai.
Le 27ème jour d’août lunaire est célébré pour commémorer l’Esprit de Confucius, fondateur du Confucianisme.
Le 15ème jour d’octobre lunaire est célébré pour commémorer le jour de l’avènement du Caodaïsme au monde terrestre.
Le 25ème jour de décembre est célébré pour commémorer l’Esprit de Jésus Christ, fondateur du Christianisme.

Hormis ces célébrations, les 15ème jour du premier mois (fête du Cycle Premier de l’Evolution), du septième mois (fête du Cycle du Milieu en commémoration des Ancêtres ) et du dixième mois lunaire (fête du Cycle Dernier), sont célébrés de manière solennelle dans tous les Oratoires caodaïstes.

40. Qu’est-ce que la célébration de « Hội Yến Bàn Đào » ?

Du point de vue historique, c’est dans la soirée du 15ème jour du huitième mois de l’an lunaire du Buffle Ất-Sửu (1925) que le Dieu Cao Dai a donné pour la première fois l’instruction à Ses Premiers disciples d’organiser cette célébration « Hội-Yến Bàn-Đào ». Signifiant littéralement « Banquet des pêches de l’Immortalité ou du Paradis », cette fête permet de recevoir l’Esprit de la Mère Divine de l’univers, Diêu Tri Kim Mâu, avec ses Neuf Muses Immortelles (Cửu Vị Tiên-Nương).

Ce jour-là, les offrandes se composent de fleurs, de fruits et du vin. Le tout est présenté sur une table rectangulaire, entourée de neuf chaises.
Les Premiers disciples caodaïstes ont fait la prière et organisé une séance de spiritisme. Accompagnée de ses Neuf Muses Immortelles, la Divine Mère Céleste s’y est manifestée ce jour.
Elle a autorisé les Premiers caodaïstes présents (les Très Vénérables Phạm Công Tắc, Cao Huỳnh Cư, Cao Hoài Sang) de participer au banquet en jouant de la musique traditionnelle.

Du point de vue sémantique, la Mère Divine de l’univers est le Logos Infini, logos de Conservation et de Protection. C’est pourquoi lorsque Dieu Cao Dai s’est révélé sur terre pour fonder le « Dai Dao », la Divine Mère Céleste « Diêu Tri Kim Mâu » s’est également révélée sur terre afin de protéger, éduquer et encourager les pionniers ou éclaireurs de la Grande Voie, ainsi que tous leurs enfants – femme et homme sans distinction – pour qu’ils soient bénis et délivrés de ce monde plein de misères ! La participation des Premiers Caodaïstes au « Banquet des pêches Immortelles ou du Paradis », avec la présence de la Divine Mère Céleste et de ses neuf Muses Immortelles, a un sens profond dans la compréhension du Caodaïsme. Cela signifie que « Dieu et les humains sont de la même constitution métaphysique » et que « la volonté de Dieu et celle de l’homme sont unies dans l’action ». Cette participation souligne en particulier que « les mondes invisible et matériel réalisent la même mission sacrée dans cette Troisième Ere Universelle du Salut Divin ».
La célébration du « Banquet des Pêches Paradisiaques » comporte une autre signification. Elle est perçue par les Caodaïstes comme une récompense divine pour ceux ou celles qui se sont efforcés d’accomplir du mieux qu’ils peuvent la mission du Dai-Dao, en suivant l’adage : « se perfectionner et aider autrui à se perfectionner ».

41. Comment est le drapeau caodaïste et quelle est sa signification ?

Le drapeau caodaïste (Đạo Kỳ en vietnamien) est rectangulaire et tricolore. Trois parts égales divisent verticalement ce drapeau. Les couleurs sont, de haut en bas :

Le Jaune safran, qui représente le Bouddhisme.
Le Bleu ciel, qui représente le Taoïsme.
Le Rouge, qui représente le Confucianisme.

L’ŒIL divin est dessiné sur le fond de la partie jaune. En dessous de celui-ci sont inscrits verticalement les six termes « Đại Đạo Tam Kỳ Phổ Độ », à la fois en vietnamien sur une face et en caractères chinois sur l’autre face.

Le drapeau caodaïste est hissé devant la façade du Saint-Siège et des Oratoires.

42. Qu’est-ce que l’étendard long tricolore caodaïste?

L’étendard long caodaïste (Lá Phướn en vietnamien) est différent du drapeau caodaïste sur de nombreux points. Il est ce drapeau long, souvent pendu à un haut poteau édifié dans la cour du Saint-Siège ou des Oratoires. On le hisse pendant les grandes cérémonies religieuses. La dimension de cet étendard occasionnel varie, puisqu’elle varie entre 9 m ou 12 m de haut ou quelque fois 36 mètres. Sa largeur est environ 60 cm. Elle est ainsi composée :
- Le fond est jaune safran et délimité par un contour bleu. Des caractères en rouge y sont présents. Ces trois couleurs principales représentent les Trois Anciennes Doctrines du Dai-Dao.
- Sur chaque face au fond jaune, est brodé l’ŒIL divin, dans la partie supérieure de l’étendard.
- Dessous l’ŒIL divin, sur chaque face, est brodé l’un des deux vers d’une composition de rimes parallèles (selon un style littéraire sino-vietnamien), souvent offerts et dictés par des Esprits supérieurs à l’aide du spiritisme. Le contenu de ces vers reflète l’esprit du Caodaïsme ou concerne la situation religieuse locale.

43. Quels sont les Anciens objets de culte emblématiques des Trois Doctrines de la Grande Voie Cao-Dai ?

Les objets emblématiques des Trois Anciennes Doctrines sont au nombre de trois, et sont dotés de pouvoir surnaturel, attaché à chaque Personnage Sacré:

Le vase bouddhique (Bình Bát Vu): c’est le vase que portent les moines bouddhistes pour demander l’aumône. Le vase bouddhique symbolise le précieux Dharma ou l’Enseignement du Bouddha.
Le plumeau taoïste (Phất chủ) : c’est un balai de plumes dont se servent les moines taoïstes pour enlever la poussière, et devient ici le symbole du Taoïsme.
Le Livre des « Printemps et Automnes » (Kinh Xuân Thu) : c’est le Livre d’histoire du pays de Lu que Confucius a écrit. Il renferme implicitement la doctrine du Confucianisme, et en constitue le symbole.

La religion Cao-Dai emploie ces trois emblèmes afin de donner une image symbolique de son principe du «Retour à l’origine des Trois anciennes Doctrines ».




Trois anciens emblèmes de Trois Doctrines de l’Orient

44. Existe-il des sacrements dans la religion Cao-Dai ? Lesquels ?

Oui, il y en a douze. Ces sacrements ou « Bí Tích » en vietnamien, sont des mystérieux actes sacrés transmis au départ par des Esprits Supérieurs à certains hauts dignitaires. Ces derniers ont en effet pour mission de conserver les sacrements de Dieu afin d’apporter la parole et le salut divin aux humains. Ces sacrements sont ensuite transmis de bouche à oreille aux autres dignitaires éligibles. Normalement, ils ne doivent pas être retranscrits par écrit. Ces douze sacrements caodaïstes apportent la bénédiction divine aux humains, et les accompagnent depuis leur naissance jusqu’à leur mort. Chacun d’entre eux est suivi une prière spécifique :

L’absolution (Phép Giải oan) : ce sacrement est réservé aux nouveaux fidèles qui souhaitent se convertir au Caodaïsme.
Le baptême (Phép Tắm Thánh) : ce sacrement est exécuté pour les nourrissons (à partir d’un mois).
La guérison (Phép Giải Bệnh) : ce sacrement est utilisé pour guérir ceux qui sont atteints de maladies graves et qui se repentissent sincèrement de leurs fautes afin d’alléger leur karma corporel.
La vie éternelle (Phép Vĩnh sanh) : ce sacrement est exécuté pour les personnes venant de mourir, lors de leur mise en cercueil. Le dignitaire caodaïste exécute ce sacrement sur le corps. Seulement ceux ou celles ayant suivi un régime végétarien minimum de 10 jours par mois pendant leur vie sont admissibles à ce rite afin d’atteindre la vie éternelle dans l’au-delà.
La dissolution du karma (Phép Đoạn nghiệt) : ce sacrement vise à aider les mourants, pendant leurs derniers instants, à éviter le châtiment corporel ou moral à cause de leur karma accumulé durant les vies précédentes.
La fin définitive de la vie terrestre (Phép Tuyệt trần) : Ce sacrement est employé pour les mourants qui, pendant leurs derniers instants, manifestent sans cesse leurs regrets et leur tristesse par des soupirs, montrant par-là qu’ils ne veulent pas encore se détacher de leur corps physique, de leurs biens, de leur famille, etc. Le dignitaire caodaïste fera réciter la prière « Repentance et Eveil de l’âme sombre » (Sám tĩnh mê-hồn) par les fidèles présents pour consoler et éveiller l’âme du mourant avant d’exécuter le sacrement dit « Fin définitive de leur attache terrestre » (Tuyệt trần). Ce sacrement permettra au mourant de partir le cœur léger dans l’au-delà.
Le règne du Saint-Esprit (Phép Trấn Thần) : Trấn en vietnamien signifie « Poser, placer ». Thần en vietnamien signifie ici la « Force divine du Saint-Esprit ou d’un esprit protecteur ». Ce sacrement est utilisé afin de placer les objets de culte sous la protection du Saint-Esprit ou d’un esprit protecteur. Ce dernier éloigne naturellement l’influence maléfique des mauvais esprits. Par exemple, le dignitaire caodaïste peut :
Solliciter la présence d’un Esprit protecteur pour l’Autel ou pour les statuts de culte.
Solliciter la présence d’un Esprit protecteur dans une maison récemment construite.
Solliciter la présence d’un Esprit protecteur dans la chambre d’un malade possédé par de mauvais esprits.
Apposer le sceau d’un Esprit protecteur aux costumes ou effets religieux des dignitaires.
Apposer le sceau d’un Esprit protecteur au cercueil ou au caveau pour les défunts …
Le mariage (Phép Hôn phối) : ce sacrement est facultatif. Les deux mariés doivent réunir certaines conditions nécessaires pour pouvoir obtenir ce sacrement.
La grande amnistie – la petite amnistie (Phép Đại-xá – Tiểu-xá) : c’est le plus grand dignitaire de l’église Caodaïste qui exécute ce sacrement, au nom de Dieu, afin de solliciter la clémence divine ou le pardon de Dieu pour un individu ou pour un groupe d’individus.
La dissipation des malheurs (Phép Giải khổ) : ce sacrement est utilisé pour ceux ou celles qui ont rencontré beaucoup de malheurs, de désastres, des épreuves dans la vie. Avant d’exécuter ce sacrement, le dignitaire caodaïste expliquera « la Loi des causes et des effets » à l’intéressé. Il faudra qu’il se repentisse et récite « la Prière d’Appel aux secours divins » (Kinh Cứu Khổ) du Bouddha Féminin Guan Yin (Avalokitésvara) et « la Prière d’Actions et de Réactions » (Kinh Cãm Ứng) du Suprême Maître Fondateur du Taoïsme, Lao Tseu.
La révélation d’une aptitude (Phép Khai khiếu) : ce sacrement est réservé aux nouveaux médiums ou lecteurs spirites fraîchement entraînés. Il peut aussi être utilisé pour aider les enfants handicapés ou les malades psychiques.
L’initiation à l’ésotérisme (Phép Điểm Đạo) : c’est le sacrement que les authentiques maîtres d’ici-bas (chân sư ou chơn sư en vietnamien) ou les esprits supérieurs du monde invisible utilisent afin d’initier un disciple reçu pour qu’il puisse pratiquer les préceptes de méditation du Grand Cycle de l’ésotérisme caodaïste visant la délivrance définitive de son âme à la fin de la présente vie terrestre.

45. Qu’est-ce que le Spiritisme caodaïste dit « Cơ Bút » ? Comment est-il pratiqué ?

Le Spiritisme caodaïste est une méthode spirituelle de communication entre les Esprits supérieurs du monde invisible et les dignitaires de l’église caodaïste. C’est à dire qu’il constitue la communication entre le corps du « Palais Octogonal » (Bát-Quái-Đài) et celui du « Palais des Neuf Degrés de l’Evolution de l’univers » (Cửu-Trùng-Đài) par l’entremise du corps du « Palais de l’Alliance Divine » (Hiệp-Thiên-Đài), lequel organise les séances de spiritisme. Il existe deux techniques de communication :
La corbeille à bec est un instrument spécial tenu par un ou deux médiums qui en recevant le fluide invisible des Esprits supérieurs écrivent sur une table les saintes paroles que le lecteur médiumnique lit à haute voix.
La plume médiumnique est un autre instrument en bois, sculpté en forme de plume.

Si le(s) médium(s) tient/ tiennent la corbeille à bec, la technique est dite « thủ cơ » en vietnamien. Si le médium prend la plume médiumnique, la technique est celle de « chấp bút » en vietnamien.
Il arrive que le(s) médium(s) tenant la corbeille à bec parlent et/ ou écrivent les messages divins à la fois.
Le médium est une personne, qui acquiert une faculté spéciale, capable de recevoir les fluides sacrés du monde invisible après avoir médité et atteint la profonde quiétude intérieure dans un milieu de calme absolu.
Le médium se meut dans un cadre de vie serein, pur et paisible. Il ou elle ne doit pas se marier pendant la durée de sa fonction. Le médium pratique régulièrement la méditation afin de pouvoir recevoir intégralement et sans faute les fluides sacrés du monde invisible.
Le comité de spiritisme est sous la responsabilité du « Palais de l’Alliance Divine » qui observe des règles très sévères dans l’exercice de sa fonction.

ENSEIGNEMENT DE BASE CAODAÏSTE


46. Sur quels principes de base s’est appuyé le Caodaïsme ?

Du point de vue théorique, le Caodaïsme repose sur les deux principes fondamentaux suivants :

« Le Ciel, la Terre et toutes les créatures de l’univers sont de la même constitution métaphysique ».
« D’une source unique – qui est Dieu Le Créateur – émanent tous les phénomènes et toutes les manifestations de l’univers depuis l’origine des temps. Ensuite tous ces phénomènes variés et divers retournent vers leur origine initiale ».

A partir du premier principe, le caodaïsme enseigne que Dieu et l’être humain sont de la même constitution métaphysique. Par conséquent, ils (Dieu et l’être humain) sont capables de se communiquer et de se fusionner en UN. C’est pourquoi Dieu Cao Dai a instruit : « Je suis vous, et vous êtes Moi. » (« Thầy là các con, các con là Thầy »).
Ensuite, comme les humains sont de la même constitution et de la même origine divine, ils doivent s’aimer dans la fraternité universelle entre frères et sœurs d’un même Père. D’où nous – les humains – devons arriver à réaliser le but de « Fraternité Universelle ».
A partir du second principe, le Caodaïsme enseigne que l’univers est une école d’évolution dont le point de départ est DIEU, la Grande Source de Lumière Divine. De cette Grande Source de Lumière Divine, sont engendrées une infinie quantité d’étincelles de lumières divines innées dans toutes les créatures de l’univers qui évoluent naturellement depuis les minéraux, les végétaux, les insectes, les animaux jusqu’aux humains. Ensuite les humains poursuivent leur évolution pour devenir les Génies, les Saints, les Immortels, les Bouddhas sur le chemin de retour à leur origine divine, c’est à dire se former en Un avec Dieu.
Voilà le but primordial de l’évolution humaine. Pour ce faire, l’être humain doit se forger, s’efforcer à réaliser les œuvres humanitaires et à se corriger sans relâche jusqu’à la perfection. Ce processus d’évolution humaine est dit « le processus de retour à la source divine » (hoàn-nguyên) dans le Caodaïsme.

47. Comment les caodaïstes perçoivent-ils la Foi en Dieu ?

Les caodaïstes croient fermement que Dieu est le Créateur de l’univers, le Père commun de toutes les créatures.
IL est le Logos « Monade Universelle » dans le sens du « Dieu impersonnel ». IL est Empereur de Jade, dans le sens du « Dieu personnifié ».
Suivant la période de l’histoire des civilisations humaines, Dieu a confié la mission d’instruire l’humanité en bien aux différents Maîtres Fondateurs de différentes religions dans le passé.
En cette période de la Troisième Ere de l’Universelle Amnistie Divine, c’est Dieu Lui-Même qui s’est révélé sur terre au moyen du sacré fluide invisible afin de fonder le « Đại-Đạo Tam-Kỳ Phổ-Độ » apportant le salut divin à toute l’humanité et construisant la « Sainte Société humaine ». En cette Troisième période, Dieu est en même temps le Fondateur de la religion, le Père et le Maître de nous tous à la fois. Il a aussi autorisé tous les Esprits supérieurs du ciel de venir avec Lui sur terre pour contribuer dans cette création de l'Amnistie Universelle de la dernière ère du présent cycle d’évolution de l’univers.

48. Veuillez expliquer encore plus les notions de « Dieu impersonnel » (Thượng Đế Vô Ngã) et « Dieu personnifié » (Thượng Đế Hữu Ngã)?

L’enseignement caodaïste accepte à la fois ces deux points de vue.
Lorsque nous parlons de « Dieu impersonnel » nous évoquons la source d’énergie originelle poussant à la formation, à l’évolution et au fonctionnement de l’univers. D’après les théories du Dao, Dieu impersonnel est le principe de création, de destruction et de conservation de l’univers, suivant le mécanisme du fonctionnement de deux principes négatif (Yin) et positif (Yang).
Lorsque nous parlons de « Dieu personnifié » nous évoquons l’Être Absolu ou l’Être Suprême régnant toutes les créatures et gouvernant tout l’univers.
Le point de vue de « Dieu personnifié » tend à la croyance religieuse tandis que celui de « Dieu impersonnel » a pour tendance philosophique. Les deux nous amènent tous à la Foi en Dieu.

49. Veuillez expliquer la conception de l’univers caodaïste ?

L’enseignement caodaïste conçoit que l’univers à l’origine soit l’immense espace vide du Grand Néant (Hư Vô), sans borne, sans limite, nommé « Infini Absolu ». Dans cet «Infini Absolu », existent deux principes Yin (négatif) et Yang (positif) : le Principe originel et le Souffle originel. Ces deux principes s’unissent et se cristallisent durant une infinité de temps pour donner naissance à un corps lumineux de toute beauté. Au jour et à l’heure déterminée ce corps explosa violemment, ce que nous avons appelé le big-bang. Une Grande Source de Lumière Divine s’éjectait de cette explosion et tourbillonnait au milieu de l’espace, projetant une quantité infinie de rayons lumineux resplendissants éclairant tous les coins de l’espace. C’était la formation de l’Etre Suprême, le Créateur de l’univers, la Monade Universelle. A partir de la matière du Yin et du Yang, il sépare le pur de l’impur, fait fonctionner sans relâche le mécanisme « Activité du Yang – Passivité du Yin », concentre le souffle cosmique du ‘‘Hư Vô ’’ pour donner naissance à toutes les créatures de l’univers .
C’est le mécanisme de la création de l’univers qui doit être suivi par celui de son évolution. Comme tout provient et reçoit l’essence divine innée de l’Etre Suprême, tout progresse puis retourne à son origine suivant le principe : « D’une Source Unique – Dieu – émanent tous les phénomènes de l’univers et à la fin tous ces phénomènes retournent à leur origine divine initiale tout en progressant. » .

50. Veuillez expliquer les notions « Grande source de lumière divine » (Đại Linh Quang) et « Etincelle de lumière divine » (Tiểu Linh Quang) ?

Ce sont les notions spécifiques du Caodaïsme. Comme déjà dit précédemment, toutes les créatures proviennent de l’Etre suprême qui est la Grande Source de lumière divine, en parlant à la fois de leur nature et de leur origine. Quant au sens spirituel, c’est le Grand Esprit Originel de tout l’univers. Chacun des êtres humains porte en lui une étincelle de lumière divine de mêmes caractéristiques et de même nature que la Grande Source de lumière divine. C’est pourquoi, il est aussi dit que l’esprit humain est dérivé de la Grande Source de lumière divine. Se forger son corps et son âme suivant les préceptes de la méditation, c’est la façon dont l’être humain fait dissiper cet écran sombre de l’ignorance entourant son esprit afin de faire briller son étincelle divine. De cette manière, lorsque l’être humain quittera son enveloppe physique, son étincelle divine pourra fusionner (en fonction de son degré de pureté sublime) avec la Grande Source de lumière divine, Dieu.
D’après le Caodaïsme, suivant le cycle d’évolution de l’univers, les êtres vivants progressent graduellement vers les humains qui, à ce stade, possèdent complètement les trois âmes - âme végétative, âme animale et esprit humain - leur permettant de se perfectionner jusqu’à la délivrance finale.

51. Qu’est-ce que la nouvelle méthode de la méditation caodaïste ?

La nouvelle méthode de la Méditation Caodaïste, ce sont des préceptes et techniques religieuses de méditation que Dieu Cao Dai Lui-Même a enseignés à son Premier disciple Ngô Minh Chiêu, qui de son tour les a retransmis aux autres disciples sélectionnés, dans cette Troisième Ere du Salut Divin, depuis la création de la religion Cao Dai au début du vingtième siècle. Cette nouvelle approche est à ce jour plus simple que les méthodes ou techniques de méditation d’autrefois. Elle est aussi la synthèse de la quintessence des Trois Anciennes Doctrines – Bouddhisme, Taoïsme et Confucianisme – visant à aider les méditants. Il est alors plus facile de pratiquer la méditation du niveau des novices à celui des chevronnés jusqu’à l’ultime délivrance. Autrement dit, cette nouvelle approche caodaïste convient parfaitement à notre époque contemporaine afin d’apporter le Salut divin à une très large échelle de l’humanité.
Au point de vue pratique, cette nouvelle méthode de méditation est appuyée sur les Trois Pratiques Caodaïstes :
• La pratique de la Bienfaisance ;
• La pratique de l’Observance religieuse ;
• La pratique de la Méditation.
Les pratiquants se forgent ainsi leur corps et leur âme, perfectionnent leurs caractères, leurs comportements et leur esprit.

52. Que signifie cette notion d’ «Atteindre à l’Unité» ?

Le terme « Unité » comporte le sens de « Un », cet « Un » universel de la Vérité commune de tous les phénomènes de l’univers. Quand on atteint à l’Unité, cela signifie qu’on se sent être UN avec l’univers, être en phase et en concordance avec tous les objets autour de soi.
« Atteindre à l’Unité » dans le but de regagner l’origine de l’univers, signifie « s’unir à Dieu, être Un avec la Grande Source de Lumière Divine ».
« Atteindre à l’Unité » dans le but de parvenir à la délivrance finale signifie « accéder à la non-discrimination envers tous ; Se considérer comme tout le monde et tout le monde est soi-même. C’est l’état du non-moi. »
« Atteindre à l’Unité » dans le but de se perfectionner signifie « poursuivre le chemin du Bien sans relâche avec une foi unique, appliquer un enseignement religieux jusqu’au bout et ce avec une persévérance inébranlable ».
« Atteindre à l’Unité » entre les religions veut dire ne pas distinguer les religions, ne pas considérer sa propre religion comme la meilleure par exemple mais respecter toutes les croyances suivant l’esprit d’ouverture et de tolérance que « toutes les religions sont issues de la même Vérité ».
Enfin « Atteindre à l’Unité » signifie simplement accéder au Dao, atteint l’Eveil de sa conscience.

53. Que signifie la notion du «Retour à son origine divine» ?

D’après l’enseignement caodaïste, chacun des êtres vivants possède une étincelle divine provenant de la Grande Source de Lumière Divine ou Dieu. L’être vivant évolue progressivement, après des milliers de vies, pour parvenir à devenir humain. Ensuite l’être humain poursuit son évolution, en cette dernière étape, jusqu’à la destination finale qui est le retour à son origine divine, la Grande Source de Lumière Divine. Ce retour de son origine divine est encore appelé l’accès au Nirvana ou l’Illumination de son âme ou l’Eveil permanent de sa Conscience, l’ultime délivrance.
Mais pour regagner le Paradis, s’unir avec Dieu, l’être humain doit se parfaire afin que son caractère divin puisse illuminer de plus en plus brillamment de jour en jour jusqu’à ce qu’il soit comparable à la perfection de Dieu.
En conclusion, ce retour à l’origine divine est l’accès à la dernière étape – le stade final – de son évolution spirituelle, ce qui n’est pas nécessairement le simple retour au même point de départ du commencement de ses réincarnations terrestres.

54. Que signifient les notions d’« Avant la Création » (« Tiên Thiên ») et d’« Après la Création » (« Hậu Thiên ») ?

Au sens propre, les notions de « Tiên-Thiên » et de « Hậu-Thiên » signifient respectivement « avant l’existence du Ciel et de la Terre, par extension avant la création de l’univers » et « après l’existence du Ciel et de la Terre, par extension après la création de l’univers ».
D’après la conception taoïste de l’univers avec des concepts suivants « Infini Absolu – Etre Universel (ou Monade Universelle) – Yin et Yang », le « Tiên Thiên (ou la « Pré-création) » est la caractéristique de l’univers originel appartenant à la constitution métaphysique de l’Infini Absolu et de l’Etre Universel. Tandis que le « Hậu Thiên (ou la « Post-création ») » est la caractéristique de toutes les créatures nées de l’union du Yin et du Yang :

La « Pré-Création » est éternelle car sans être née.
La « Post-Création » a un début ou sa naissance, et une fin ou sa mort.

Appliquer les préceptes religieux, c’est poursuivre un long processus de purification du corps et de la conscience par l’absorption de ce qui appartiennent à la « Pré-Création » dans le but de transformer soi-même la conscience spirituelle, de celle du profane en celle du Divin. Bref, la sanctification ou la divinisation de son esprit.

55. Comment appréhendent les caodaïstes le concept de « l’esprit » ?

D’après l’enseignement du Caodaïsme, les plantes ont l’âme végétative ou l’âme vitale, en plus de l’âme végétative les animaux ont aussi l’âme animale ou l’âme de connaissance (la capacité d’apprendre) et enfin l’âme humaine en possède les trois niveaux : l’âme végétative, l’âme animale et l’esprit.
L’esprit appartient à ce qui est spirituel et invisible. Sa présence dans un corps physique crée la vie d’un être humain. Le corps de l’homme disparaîtra à sa mort mais son esprit existe toujours et continue à évoluer par des réincarnations successives.
L’esprit comporte deux parts essentielles : la conscience propre de chacun et son étincelle de lumière divine issue de DIEU. Le Caodaïsme enseigne que chaque individu peut apprendre et pratiquer le Dao en vue d’éliminer les bas désirs ou infâmes instincts de sa conscience. Son étincelle de lumière divine ne sera plus cachée par cet écran des intentions indignes et fera briller la sainteté de l’esprit.
Seul, l’illuminé – celui qui atteint l’Eveil ou au Dao – parvient à « la perception de la vraie conscience », capable de faire rayonner pleinement son « véritable esprit ». Celui-ci ne sera plus soumis à la Loi de réincarnations et aura la délivrance finale. Son étincelle de lumière divine s’unira alors à DIEU, la Grande Source de lumière divine.

56. Qu’est-ce que l’Humanisme caodaïste ?

L’Humanisme caodaïste est influencé par l’Humanisme confucianiste. Il comporte les devoirs de l’être humain envers lui-même, envers sa famille puis envers sa patrie et enfin envers l’humanité. Le Caodaïsme enseigne ses fidèles à observer et à appliquer les règles de la Bienfaisance, de la Loyauté, de la Civilité, du Perfectionnement de la Connaissance et de la Sagesse, de l’Honnêteté et de la Piété filiale.
D’une manière générale, il faut d’abord remplir les devoirs humains de leur engagement social avant d’entamer l’étape suivante qui est de quitter la vie sociale pour entreprendre la voie de l’ésotérisme visant la délivrance totale de l’âme humaine.

57. Qu’est-ce que l’Esotérisme caodaïste ?

L’Esotérisme caodaïste est la voie de la délivrance de l’âme humaine, rompant définitivement le cycle des réincarnations successives. Les conditions d’admission sont les suivantes :
- Etre caodaïste
- Suivre le régime végétarien partiel, au minimum de dix jours par mois. Il est fortement recommandé le régime végétarien intégral.
- Etre chaste.
- Solliciter l’enseignement ésotérique pour la pratique de la méditation quotidienne.
Ce sont les conditions minimales mais le Caodaïsme enseigne ses disciples à appliquer régulièrement les Trois Pratiques Caodaïstes qui faciliteront les pratiquants l’accès à l’ultime étape de la délivrance finale. C’est pourquoi avant d’entamer le Grand Cycle caodaïste de la Voie Divine, le sujet doit se forger son grand caractère, sa grande vertu. Ce qui veut dire :
Atteindre la sérénité profonde.
Anéantir la cupidité, la convoitise de tous.
Avoir la vertu du Bodhisattva c’est à dire la tolérance, la disposition d’aider, surtout spirituellement, à tout le monde.
Par conséquent, les éclaireurs caodaïstes de la Grande Voie Divine de la Troisième Ere Universelle du Salut Divin acceptent volontiers et naturellement la noble mission ainsi appelée la Grande Mission (Sứ-mạng Đại-Thừa) quand ils décident à entreprendre cette Voie Céleste du Caodaïsme.

58. Pourquoi appelez-vous la religion Cao Dai « La Troisième Ere Universelle du Salut Divin » ?

Cette fois-ci, c’est la Troisième Ere du Salut Divin car il existe déjà la Première et la Deuxième Ere.
D’après l’enseignement caodaïste, il est enseigné que tout au long de l’histoire de l’humanité, Dieu est toujours miséricordieux et veut toujours sauver l’humanité. C’est pourquoi Il a envoyé des prophètes, Ses missionnaires sur terre pour fonder les différentes Religions ou Doctrines pendant les trois périodes suivantes :
Première Ere du Salut Divin : pendant la période de la Chine Antique, l’empereur Fuxi (? 2852 – 2737 A.J-C., avant Jésus-Christ) et le roi Wen Wang (? 1258 A.J-C), fondateur de la dynastie des Zhou, ont inventé les célèbres Trigrammes et Hexagrammes qui sont des éléments de base constituant le Yi King (le Livre des Mutations) enseignant le Dao, le Dao de l’homme et le Dao du Ciel. C’était des Saints qui ont ouvert la voie humaniste développant la Vie de l’homme, la Connaissance de l’homme et la Moralité de l’homme.
Pendant cette période, dans l’ancienne Palestine, Moïse (XIII è. siècle av. J-C) a libéré le peuple d’Israël de l’esclavage. Sur le mont Sinaï, il a communiqué avec Dieu qui a octroyé le Décalogue ou les Dix Commandements à son peuple.
Deuxième Ere du Salut Divin : plusieurs religions ou doctrines ont été enseignées pendant cette période du VI è. siècle avant J-C allant jusqu’au VI è. siècle après J-C.
Le Bouddha Shakyamuni né en 560 avant J-C, a fondé le Bouddhisme en Inde.
Confucius né en 551 avant J-C, a fondé le Confucianisme en Chine.
Lao Tseu ou Laozi vivant en la même période que Confucius, a composé le fameux Tao Te King (le Livre de la Voie et de la Vertu). Il est considéré comme le Grand Maître du Dao, fondateur du Taoïsme en Chine.
Jésus-Christ né à Bethléem en Judée, est vénéré comme Fils de Dieu qui s’est incarné sur Terre pour la Rédemption de l’humanité et a enseigné le Christianisme.
Mahomet né en 571 après J-C à La Mecque en Arabie, a enseigné le Coran et a fondé l’Islam.
Troisième Ere du Salut Divin : celle-ci débute quand Dieu a fondé la religion Cao Dai en 1926, dans le sud du Viêt-Nam, par l’intermédiaire du Spiritisme. Dieu Lui-Même est le Maître Suprême invisible de cette Troisième Ere Universelle du Salut Divin.

59. Que signifie exactement « La Troisième Ere Universelle du Salut Divin » ?

D’après les Saintes Paroles reçues des Esprits Supérieurs, c’est Dieu qui a créé cette Troisième Ere Universelle du Salut Divin correspondant à la Dernière Ere du cycle d’évolution de l’univers. La Première Ere correspond à l’Ere Antique. La Seconde Ere correspond à l’Ere Moyenne. Comme c’est la dernière ère du Salut Divin du cycle des Trois Eres d’évolution, Dieu a accordé la Grande Amnistie Universelle à toute l’humanité. Quiconque sait suivre le chemin du Dao, sera sauvé et évitant ainsi d’être abaissé dans les ténèbres.
L’Esprit du Vieux Maître Lao Tseu a enseigné dans un message spirite : « En cette ère de la Grande Amnistie Divine, quiconque s’applique aux vertus du Dao, pourra rejoindre la divinité. Tout acte de bienfaisance - aussi minime qu’il soit - demeure un bienfait et sera noté avec un coefficient de 3. »
Par conséquent, les préceptes de méditation sont répandus et enseignés plus ouvertement maintenant qu’autrefois. Les enseignements religieux sont plus simplifiés et plus faciles à mettre en pratique. Surtout pour ceux qui sont déterminés à suivre le chemin du Bien, bien qu’ils ne soient pas encore parvenus à l’Illumination pendant leur vie terrestre, ils seront aidés afin de poursuivre leur perfectionnement dans le monde invisible jusqu’à la réussite en rompant naturellement les successives réincarnations. Voilà la faveur exceptionnelle qui n’existe que dans cette Troisième et Dernière Ere de l’Amnistie Divine.

60. Que signifie exactement « La Dernière Ere du cycle d’évolution de l’univers » ?

D’après le Caodaïsme, l’histoire de l’humanité est subdivisée en trois périodes ou trois ères : Ere de l’Antiquité, Ere Moyenne et Dernière Ere.
Première Ere : c’est l’Ere Antique. La caractéristique commune des humains en cette période est qu’ils vivaient dans l’insouciance, avec une sincérité naturelle.
Ere Moyenne : elle correspond au Moyen Age. La caractéristique de cette période est la guerre : la guerre civile, la guerre entre plusieurs pays et la guerre mondiale à cause de la cupidité et de la haine des hommes.
Dernière Ere : elle correspond à la période proche de notre temps, la période contemporaine et les prochains siècles. C’est la période du progrès technologique et scientifique de l’humanité. La vie matérielle des citoyens de plusieurs pays s’améliore mais l’homme crée en même temps des armes de plus en plus dangereuses et dévastatrices, à grande échelle, utilisées dans des guerres horribles. Ce sont des conséquences dues au développement déséquilibré entre la civilisation du matérialisme et de la technologie et celle de la moralité et de la spiritualité. Ceci est vraiment la sérieuse menace de la destruction totale du monde entier. C’est pourquoi la présente et dernière ère du cycle d’évolution de l’univers est aussi dite « Ere de destruction ».

61. Quelle est la conception caodaïste de la vie humaine ?

Tout d’abord, le Caodaïsme enseigne que la vie terrestre de l’être humain est à la fois une école de perfectionnement de soi et un milieu où l’être humain réalise, par de bonnes œuvres, la contribution au bien-être et au progrès de la société humaine, sur le chemin de son progrès spirituel. Dieu Cao Dai a ainsi dit : « La vie terrestre est une école qui évalue les bonnes actions de l’être humain. »
Ainsi, les Caodaïstes ne doivent pas se retirer de la vie ou la refuser dans la société humaine. Au contraire, ils doivent s’engager dans la vie avec autrui pour remplir leurs devoirs envers eux-mêmes et envers leur famille, leur nation et la société avant et pendant l’étape du perfectionnement visant la délivrance finale de leur âme.
Dans leur relation avec la famille, la nation et la société, les fidèles du Cao Dai réalisent l’humanisme confucéenne afin de mener leur vie dans l’éthique et la morale. A partir de cette conception de vie, ils respectent, aiment leurs parents et font le culte des ancêtres ainsi que des héros nationaux décédés.

62. Comment conçoivent les Caodaïstes l’idéal de vie de l’être humain ?

Le Caodaïsme préconise un modèle idéal de la société humaine, qui devrait être celle de Concorde et de Sainte Moralité, et dont les éléments constituants sont :
Le respect de l’être humain ;
La quiétude et la joie de vivre ;
Le progrès social et individuel.
Dieu Cao Dai a enseigné : « Tant que vous voyez encore une injustice dans la vie des hommes, la religion ne réussit donc pas encore ! »
C’est pourquoi, Cao Dai doit être une religion pour les humains, visant la construction d’une société humaine parfaite dans un monde de fraternité universelle et égalitaire.

63. Peut-on dire que Cao Dai est une religion humaniste ?

En effet, le Caodaïsme conçoit que « la religion et les humains doivent être Un, c’est à dire indivisibles » .
« La Doctrine Caodaïste n’enseigne pas seulement que l’être humain cherche son bonheur dans le monde invisible éternel, au Nirvana bienheureux tandis que l’humanité vit encore dans la misère, la faim, les maladies, l’ignorance, la discrimination, la division, et l’exploitation des humains … »
De nouveau, cette orientation humaniste du Caodaïsme a été confirmée dans le message spirite suivant : « Quel que soit le domaine duquel il s’agit, quelle que soit la situation du pays dans lequel nous vivons, la vie spirituelle doit s’appuyer sur l’Homme. De cette façon, l’enseignement religieux, la religion ne tomberont pas dans l’abstrait ou dans l’irréel. »

PRATIQUES RELIGIEUSES ET DEVOIRS DES CAODAÏSTES


64. Comment les Caodaïstes pratiquent-ils leur Foi ?

Comme les autres religions, la religion Cao Dai a de simples fidèles et des religieux qui se donnent entièrement au service de leur Foi en exerçant une fonction spécifique dans une Maison de Culte ou au Saint-Siège.
Un adepte converti au Caodaïsme, à la recherche du Dao, doit observer les Cinq Interdictions (Ngũ Giới Cấm), les Quatre Grands Commandements (Tứ Đại Điều-Qui) et suivre progressivement un régime végétarien. Il commence à observer d’abord six jours végétariens par mois lunaire, ensuite dix jours par mois pour progresser enfin vers le végétarisme intégral.
Dans la vie quotidienne, il applique les Trois Pratiques Caodaïstes : la pratique de la bienfaisance ; la pratique de l’observance religieuse et la pratique de la méditation, et ce à partir d’un niveau débutant pour progresser vers un niveau plus élevé jusqu’à la perfection.

65. Quelles sont les Trois Pratiques Caodaïstes?

Les voici sommairement :
La Pratique de la Bienfaisance consiste à effectuer des bonnes actions pour autrui ou pour la religion, en utilisant ses propres ressources matérielles ou intellectuelles, en apportant le salut divin à la population. On contribue ainsi à améliorer la vie matérielle et spirituelle à la fois de la société humaine.
La Pratique de l’Observance religieuse consiste à forger de bons caractères, à maintenir la volonté et la détermination de s’élever vertueusement jusqu’à la perfection morale et intellectuelle.
La Pratique de la Méditation consiste à effectuer au début les Quatre Prières quotidiennes. A travers cette pratique, le fidèle doit s’efforcer à atteindre la quiétude intérieure absolue, se concentrer et essayer de communiquer avec les Esprits Supérieurs pendant la séance de prière. Puis lorsqu’il est admis au stade de la méditation, c’est son travail personnel, assidu et déterminé dans la pratique des préceptes enseignés afin de forger son corps et sa conscience jusqu’à l’ultime délivrance de son âme.

66. Veuillez expliquer le végétarisme caodaïste?

D’abord, le végétarisme caodaïste – comme celui du Bouddhisme – vise à observer la première Interdiction de « Ne pas tuer » (car la vie c’est Dieu). De plus, le végétarisme sert à purifier le corps et la conscience humaine.
Le caodaïste doit respecter au début un minimum de six jours végétariens mensuels puis dix jours, puis seize jours et enfin un régime végétarien complet.
Suivre le régime végétarien signifie que l’on n’utilise pas des aliments carnés ou d’origine animale qu’elle que soit la taille, très petite ou grande. Le disciple du « Grand Cycle Caodaïste » s’abstient même de consommer des plantes aromatiques excitantes comme oignon, ail, échalote … du beurre et du lait animal.
Suivre le végétarisme ne veut pas dire « pratiquer l’ascétisme » mais il faut au contraire bien choisir son alimentation qui doit être saine et nourrissante. Car il faut avoir une bonne santé et un esprit serein et persévérant pour être capable d’entreprendre jusqu’à la fin le long et difficile chemin du Dao.

67. Que signifient « se perfectionner » et « aider autrui à se perfectionner » ?

« Se perfectionner » et « Aider autrui à se perfectionner », c’est comme « si on utilise le feu pour allumer un autre feu ». Cette devise caodaïste sert à tisser la grande toile d’araignée de l’Eveil pour l’étendre au fur et à mesure jusqu’à l’humanité entière.
« Se perfectionner » signifie que l’on s’efforce à se corriger, progresser spirituellement à la recherche de l’ultime délivrance de son âme. Cependant, une des conditions pour être délivré est de réaliser assez de bonnes actions en aidant autrui à appliquer les vertus du Dao suivant son exemple. Cette action est appelée « aider autrui à se perfectionner ».
Le Caodaïsme recommande à chaque fidèle d’essayer d’aider douze autres à se perfectionner. De cette façon, le nombre de personnes « éveillées » progressera rapidement. « Se perfectionner et Aider autrui à se perfectionner » est l’équivalent à la « vertu bodhisattva » du Bouddhisme.
Le Caodaïsme considère que cette action est non seulement une bonne action mais une mission, un devoir notamment pour ceux qui accèdent au Grand Cycle caodaïste. C’est justement la mission « d’agir à la place de Dieu » (Thế Thiên Hành Hóa) en vue de construire la Sainte Société humaine vertueuse. C ‘est pourquoi elle est aussi appelée « la Grande Mission » (Sứ-mạng Đại-Thừa).

68. Quelles sont les activités quotidiennes d’un caodaïste ?

Activités religieuses :
Effectuer quatre séances de prières quotidiennes devant l’autel de Dieu (à 5 heures, 11 h., 17 h., 23 h .)
Fréquenter deux fois par mois la Maison de Culte, le 1er jour et le 15ème jour lunaire du mois.
Lire les Saintes Paroles Caodaïstes et des ouvrages religieux ou spirituels afin de comprendre l’enseignement religieux et progresser spirituellement.
Pour les fidèles ayant déjà appris les préceptes de la méditation, il faut les pratiquer pendant les quatre séances de prières quotidiennes.
Suivant les circonstances, le fidèle caodaïste peut effectuer bénévolement des bonnes actions au service des prochains ou des parents … dans la vie sociale telle que le mariage, les funérailles, la naissance, la maladie etc.

Activités privées :
Vivre normalement sa vie comme tout le monde.
Remplir ses devoirs envers la famille, envers la patrie et la société.
Choisir une profession ou un métier correct.

69. Quelle est la Loi caodaïste concernant le mariage?

La Loi Temporelle Caodaïste, de l’article 6 à l’article 10, fixe les règles de mariage comme suit :

Article 6 : « Le mariage est un événement important dans la vie humaine. Il faut se marier seulement parmi des coreligionnaires, exception faite pour ceux qui acceptent de se convertir au Caodaïsme. »
Article 7 : « Huit jours précédant la cérémonie de fiançailles, le responsable de la famille du côté du marié doit demander la publication d’un ban annonçant la nouvelle à la Maison de Culte qu’il fréquente. Ceci afin d’éviter ultérieurement des complications. »
Article 8 : « Après les fiançailles, les familles de deux côtés doivent demander à la Maison de culte d’y célébrer leur mariage.
Article 9 : « Il est formellement interdit, à partir du jour de la publication officielle de cette Loi, de se marier à nouveau avec une autre femme sauf le cas de la mort de la conjointe. »
« Autre exception, si son épouse ne peut pas avoir d’enfant il est autorisé de se marier à nouveau avec une seconde femme mais il faut que ce soit l’épouse principale qui donne son approbation et qui organise le second mariage. »
Article 10 : « Il est formellement interdit de divorcer sauf les cas suivants :
L’adultère et/ ou
L’impiété filiale à ses beaux-parents. »

70. Comment les funérailles Caodaïstes sont-elles organisées ?

Pendant les derniers instants de vie d’un adepte, sa famille et les coreligionnaires récitent la « Prière du dernier souffle » afin de l’aider à quitter sereinement son corps physique. A ce moment, un dignitaire caodaïste exécute le sacrement de la « Fin définitive de l’attache terrestre » pour le défunt. Seuls les adeptes, qui ont observé le régime végétarien au minimum de dix jours végétariens par mois, peuvent bénéficier de ce sacrement.
Le rite de mise en bière est accompagné par la Prière de cet effet. A ce moment, le Dignitaire caodaïste exécute le sacrement de « la Vie Eternelle ».
Ensuite on dispose l’autel du défunt devant le cercueil où aura lieu la distribution des étoffes de deuil aux membres de la famille du défunt.
Pendant les funérailles, avant l’enterrement, on récite tous les jours la Prière de Requiem aux quatre séances de Prière quotidienne devant l’autel de Dieu et les membres de la famille du défunt présentent leur offrande de repas de riz au défunt devant son autel.
Avant de déplacer le cercueil à l’enterrement, la famille du défunt lui rend l’hommage à genoux devant le cercueil tandis que les coreligionnaires récitent la Prière de « Déplacement du cercueil ».
Pendant le convoi de funérailles, les coreligionnaires récitent la Prière « de l’Accompagnement à l’âme du défunt ».
Devant le caveau, le Dignitaire exécute le sacrement sollicitant la Protection Divine pendant que les coreligionnaires récitent la Prière de la « Pose du cercueil dans le caveau » puis la Prière « d’Au revoir du lieu de la tombe ».
Sur la route de retour chez le défunt, on récite la Prière « de l’Accueil de l’âme du défunt chez lui».
A l’arrivée de chez lui, on récite la Prière « de l’installation de l’autel du défunt».
A compter de ce jour, le Comité de Rites de la Maison de Culte célébrera neuf cérémonies, tous les neuf jours à partir du jour de décès. Au total 9 x 9 = 81 jours. Il y a une différence de rituel dans la célébration d’un fidèle qui a observé 10 jours végétariens mensuels ou plus et celui qui ne l’a pas fait.
Deux cents jours après la dernière célébration des Neufs jours, on célèbre la Petite Cérémonie à la mémoire du défunt.
Puis trois cent jours après on célèbre la Grande Cérémonie en souvenir du défunt.
Pour les Dignitaires Caodaïstes, les Rites sont plus élaborés.

71. Comment les Caodaïstes effectuent-ils le Culte de leurs ancêtres ou leurs grands-parents et leurs parents décédés ?

Suivant la tradition confucéenne, les Caodaïstes pratiquent le Culte de leurs Grands-Parents et de leurs Parents, en bref leurs ancêtres en principe jusqu’à sept générations antérieures, afin d’observer la Piété Filiale, le respect, l’affection et la reconnaissance à leurs Aïeux.
Chez chaque caodaïste, en plus de l’autel de Dieu disposé à un endroit le plus solennel, il y a encore un autel des grands-parents et des Parents décédés. Sur le dernier, on dispose les photos des défunts avec des annotations comme leur nom, leur prénom et/ ou leur date de décès. En plus, il faut disposer au minimum un brûle-encens avec deux portes chandelles et/ ou un brûle-parfum en cuivre sculpté.
Le jour de l’anniversaire du décès, la famille organise une célébration avec des offrandes comme des fleurs, des fruits et un repas « végétarien » (formelle recommandation caodaïste). Tous les membres de la famille, y compris les petits enfants, s’agenouillent devant l’autel des Ancêtres et font la prière à leur mémoire. Ensuite ils se réunissent et prennent ensemble le repas dans cette ambiance d’affection familiale.

72. Quand les Caodaïstes peuvent-ils abandonner leur vie sociale pour consacrer tout leur temps à la religion ?

Généralement, lorsqu’un caodaïste a déjà rempli ses devoirs envers sa famille et envers la société, il peut, de son propre gré, se consacrer entièrement à la vie religieuse en demandant l’admission au Saint-Siège ou chez une Maison de Culte suivant la circonstance et son aptitude. Presque toutes ces personnes atteignent l’âge de la retraite.
Cependant, il est possible que certains jeunes demandent volontiers à être admis à la vie religieuse dans une Maison de Culte Caodaïste pour y exercer une fonction religieuse toute leur vie.


 

ANNEXE A

LA CONSTITUTION CAODAÏSTE (PHÁP CHÁNH TRUYỀN) - PALAIS DE NEUF DEGRÉS DE L’EVOLUTION

Le PAPE, c’est à dire votre aîné, peut ME (DIEU – Votre Maître) REPRESENTER afin de vous guider sur la Voie Spirituelle et sur la Voie Temporelle. Son pouvoir ne concerne que l’aspect matériel ou physique de l’homme et non pas l’esprit. Il est autorisé à communiquer avec les Trente Six Cieux et les Soixante-Douze Planètes afin de solliciter la bénédiction divine pour toute l’humanité ! Chers disciples, écoutez-le et obéissez-le !
Les CENSEURS (ou CARDINAL CENSEUR), il y en a un pour chacune des Trois branches Taoïste, Confucianiste et Bouddhiste. Les Lois de ces Trois Anciennes Doctrines sont différentes l’une de l’autre mais devant MOI (DIEU - Votre Maître) elles n’en sont qu’une. Les Trois Censeurs ont le pouvoir d’examiner toute Loi, dans son application, qu’elle est établie soit sous l’ordre du Pape, soit par la recommandation des Cardinaux. S’il existe un désaccord entre le Pape et les Cardinaux ils devront alors La déposer au Gardien des Lois Religieuses qui par la suite ME sollicite au Palais de l’Alliance Divine pour que Je La corrige ou bien qu’il La modifie suivant son gré afin d’en trouver un compromis. Les Censeurs sont donc autorisés à censurer des livres ou ouvrages religieux avant leur publication. Ils doivent interdire la publication de tout ouvrage qui transgresse aux bonnes mœurs de la population. Il faut que tous les fidèles contribuent à appliquer la Loi Temporelle. Votre Maître que Je suis vous recommande – tous ensemble – à les aider. Chaque Censeur a son propre sceau. Une Loi n’est applicable que si elle a réuni tous les trois sceaux, et ce sans exception. Chers disciples, obéissez !
Le CARDINAL s’occupe de l’administration de la vie spirituelle et sociale de tous les fidèles. Il est autorisé à établir des Lois. Cependant, ces Lois doivent être soumises à l’approbation du Pape. Chaque Loi doit être étudiée sérieusement afin d’être sûr de son utilité. Il faut que le Pape La transmette d’abord aux Censeurs pour qu’ils L’examinent avant son approbation. Les Cardinaux obéissent au Pape, se conforment exactement aux Lois qu’ordonne le Pape. Si une Loi va à l’encontre de la vie de la population, ils sont autorisés à en solliciter l’annulation. Votre Maître que Je suis vous recommande de venir Leur demander de l’aide s’il vous nécessite quelques choses d’indispensables !
Les trois Branches sont légèrement différentes mais leur pouvoir est pareil. S’il arrive qu’une Loi du Pape dont tous les trois Cardinaux ont signé leur désapprobation, Elle doit Lui être renvoyée. Le Pape doit alors La transmettre aux Trois Censeurs afin qu’ils La réexaminent. Chacun des Cardinaux a un sceau différent. Tout acte administratif doit réunir les trois sceaux pour être mis en application. Chers disciples, écoutez et obéissez !
Les ARCHEVÊQUES, il y en a Trente Six en tout, douze par Branche. Parmi ces trente six Archevêques, il y a Trois Archevêques Principaux qui peuvent remplacer les Cardinaux dans l’administration des fidèles cependant ils n’ont pas droit d’opposition aux Lois Religieuses. Ecoutez-les ! Chers disciples, obéissez !
Les EVÊQUES, il y en a Soixante Douze en tout, vingt quatre par Branche. Les Evêques sont des éducateurs qui guident tous les fidèles dans la voie spirituelle ainsi que dans la voie sociale. Leur devoir est d’aider les adeptes comme ses propres petits frères ou petites sœurs! Ils tiennent les registres de chacun des fidèles. Ils s’occupent du mariage et du décès de chacun des fidèles. Dans une grande ville, ils peuvent célébrer des offices divins destinés à Votre Maître (DIEU) comme s’ils étaient Cardinaux ou Archevêques. Ils ont droit de supplier la modification des Lois qui portent atteinte à la population ou demander d’en atténuer l’application. Les Evêques entretiennent de bonnes relations avec chacun des fidèles comme des frères ou des sœurs qui s’entraident dans une famille. Obéissez, mes disciples !
Les PRÊTRES sont des personnes qui répandent Mon Véritable Enseignement dans la population. Ils ont droit de demander l’assouplissement des Lois Religieuses. Il y a exactement Trois Mille Prêtres, Mille dans chaque Branche sans en ajouter ni en diminuer. Ils peuvent célébrer les offices divins dans les Saintes Maisons Caodaïstes, sous leur responsabilité, situées dans des petites provinces.
Les ELEVES-PRÊTRES sont des fidèles de bonnes conduites, sélectionnés pour célébrer les messes. Ils ont droit de présider les séances de culte chez les fidèles. Votre Maître que JE suis insiste sur le fait que les Elèves-Prêtres sont Mes benjamins. Ne les opprimez pas ! Il faut d’abord être Elève-prêtre pour pouvoir être promu au rang de Dignitaire. Sauf si JE vous donne Ma bénédiction spéciale. Ecoutez et obéissez, mes disciples !

Un CARDINAL, pour être promu CENSEUR, doit avoir le soutien de la majorité des Trois Cardinaux.
Un ARCHEVÊQUE, pour être promu CARDINAL, doit avoir le soutien de la majorité des Trente six Archevêques.
Un EVÊQUE, désirant être promu ARCHEVÊQUE, doit avoir l’approbation de la majorité des Soixante Douze Evêques.
Un PRÊTRE, désirant être promu EVÊQUE, doit avoir le soutien de la majorité des Trois Mille Prêtres.
Un ELEVE-PRÊTRE, désirant être promu PRÊTRE, doit obtenir le soutien de la majorité de tous les Elèves-Prêtres.
Un fidèle, désirant être promu ELEVE-PRÊTRE, doit solliciter l’accord de la majorité de tous les fidèles.
Exception faite, si JE leur donne Ma bénédiction spéciale par le truchement du spiritisme.
Quant au titre de PAPE, les deux grades Censeurs et Cardinaux sont éligibles. Toutefois le PAPE doit être élu par le suffrage universel de tous les fidèles. Exception faite, s’il est désigné directement par Ma bénédiction spéciale par le truchement du spiritisme. Obéissez, chers disciples !
Recevez, chers disciples, MA bénédiction !


 

ANNEXE B

LA CONSTITUTION CAODAÏSTE (PHÁP CHÁNH TRUYỀN) - PALAIS DE L’ALLIANCE DIVINE

13 Février 1927 (12.01.An lunaire du Chat Đinh-Mão)

DIEU EMPEREUR DE JADE, MAINTENANT APPELÉ CAO DAI QUI ENSEIGNE LE DAO DANS LE SUD !
Chers enfants ! Il est nécessaire que tous mes disciples obéissent à ceci :
Le PALAIS DE L’ALLIANCE DIVINE (HIÊP-THIÊN-DAI) est le lieu sacré que JE préside pour exercer le Pouvoir Spirituel de la Religion ! Tant que la Religion existe, le Palais de l’Alliance Divine existe aussi!
JE vous ai déjà dit que les Cinq Branches Religieuses du Dai-Dao se sont détériorées car autrefois J’ai confié la Sainte Doctrine aux mains des humains. Elle devenait avec le temps celle des profanes. Cette fois-ci, JE décide que c’est MOI-MÊME qui vous éduque directement et par conséquent JE ne confie plus ma Sainte Doctrine aux humains !
C’est aussi au Palais de l’Alliance Divine que Le Pape vient communiquer avec Trente Six Cieux, Trois Mille Mondes Astraux, Soixante Sept autres Globes Célestes et Dix Palais Ténébreux de l’Enfer afin de solliciter les Grâces Divines pour toute l’Humanité. Je vous ai déjà parlé de son utilité spirituelle. Je devrais vous parler aussi de son utilité temporelle.

Le Corps du Palais de l’Alliance Divine est dirigé par le HỘ-PHÁP, Gardien des Lois Religieuses, assisté à sa gauche par le Supérieur du Temporel (THƯỢNG-SANH) et à sa droite par le Supérieur du Spirituel (THƯỢNG-PHẨM). J’ai aussi choisi les Douze Seigneurs Zodiacaux (THẬP NHỊ THỜI-QUÂN) affectés respectivement en Trois Divisions suivantes :
La part de Hô-Phap, qui supervise la Division du Dharma, se compose de :
Hậu, Conservateur du Dharma (Bảo Pháp);
Đức, Donneur du Dharma (Hiến Pháp);
Nghĩa, Instructeur du Dharma (Khai Pháp);
Tràng, Receveur du Dharma (Tiếp Pháp).
Ils veillent à la protection et à la préservation des Lois Temporelles et des Lois Religieuses. Aucune atteinte à la Loi de qui que se soit n’échappera à la vigilance de Hiêp-Thiên-Dài.
Le Supérieur du Spirituel, Chef de la Division Spirituelle, a sous ses ordres :
Chương, Conservateur du Spirituel (Bảo Đạo);
Tươi, Donneur du Spirituel (Hiến Đạo);
Đãi, Instructeur du Spirituel (Khai Đạo);
Trọng, Receveur du Spirituel (Tiếp Đạo).
Ils ont la responsabilité de l’aspect spirituel des Maisons de Méditation, des Maisons de Culte ; ils prennent soin de tous Mes disciples, les défendent contre les abus d’Autorité.
Le Supérieur du Temporel, Chef de la Division Temporelle, a sous ses ordres :
Conservateur du Temporel (Bảo Thế), c’est Phước;
Donneur du Temporel (Hiến Thế),c’est Mạnh;
Instructeur du Temporel (Khai Thế), c’est Thâu;
Receveur du Temporel (Tiếp Thế), c’est Vĩnh.

JE recommande à MES enfants d’être impartiaux dans l’exercice de leurs fonctions religieuses.

JE vous préviens à l’avance que : « Tel que le Pouvoir est grand, la Punition le sera aussi en conséquence ! »

Recevez, chers enfants, MES divines bénédictions.

(Extrait de l’« Anthologie Des Saintes Paroles Caodaïstes - ASPC - » Tome I, Saint-Siège Caodaïste à Tây Ninh, Edition 1973)


 

ANNEXE C

LES CINQ INTERDICTIONS CAODAÏSTES

Une fois converti au Caodaïsme, le fidèle doit forger son caractère et construire sa vertu en observant les Cinq Interdictions suivantes :
1. NE POINT TUER : Il ne faut pas tuer les êtres vivants. Ce qui signifie non seulement ne pas les tuer mais ne pas les maltraiter physiquement par leur souffrance ou par leur gémissement. Et ce, depuis le premier degré de l’homme envers les animaux et progressivement vers un niveau plus élevé de ne pas tuer inutilement les insectes ni les végétaux.
2. NE PAS ÊTRE CUPIDE : Il ne faut pas voler ; dérober par tromperie, par escroquerie ; ou bien emprunter quelque chose qui ne soit rendue au propriétaire ; receler chez soi les marchandises interdites ; ramasser les objets vus dans les rues ; avoir un vif désir de posséder malhonnêtement les biens d’autrui ; causer des préjudices à autrui pour ses propres intérêts ; être malhonnête dans les jeux d’argent.
3. NE PAS COMMETTRE D’ALDULTERE : Il est formellement interdit d’abuser de la femme d’autrui ; de fréquenter des milieux indécents ou obscènes ; de se donner ou d’inciter les gens à la luxure, à l’inceste ; chercher des plaisirs charnels en voyant des belles femmes ; séduire les femmes en paroles.
4. NE PAS S’ADONNER A LA GRANDE CHERE : Il est interdit de consommer avec excès de viande et d’alcool ; de boire de l’alcool jusqu’à perte de la conscience et provoquer le désordre ou les bagarres dans l’entourage ou de rêver de bons vins ou de bonne table.
5. NE PAS PECHER EN PAROLES : sont interdits la fourberie, la médisance, la tromperie, le mensonge, la vanité. On ne doit pas trahir ses engagements ; injurier ou violenter autrui en paroles ; exciter les gens à la haine ou les inciter à se poursuivre en justice ; médire des religions etc.


 

ANNEXE D

LES QUATRE GRANDS COMMANDEMENTS CAODAÏSTES

L'adepte doit se perfectionner sans cesse jusqu'à ce qu'il acquière un caractère noble et une conduite vertueuse. Il se doit d'observer les quatre commandements suivants:

1. Obéir aux instructions de ses Supérieurs. Ne pas avoir honte de recevoir les justes remarques de ses cadets. La politesse et la civilité sont de rigueur dans toutes relations humaines. Après avoir commis des fautes, il faut se repentir sincèrement.

2. Il ne faut pas se vanter, s'enorgueillir de ses exploits. Aider autrui, surtout lorsqu'il s'agit de le mener dans la voie du Bien, même s'il faut se sacrifier. Ne pas garder rancune. Il ne faut pas dissimuler les bienfaits ou mérites des autres.

3. Toujours être correct et clair dans les questions d'argent. Ne pas en emprunter sans le rembourser. Envers ses Supérieurs, les subordonnés ne doivent pas faire fi de ses conseils. Les Supérieurs instruisent ses cadets avec civilité, tandis que les derniers, s’ils désirent déconseiller leurs Supérieurs dans une quelconque affaire, devront le faire dans la modestie et le respect.

4. Adopter toujours la même attitude envers les autres. Il ne faut pas se montrer respectueux par-devant et témoigner du mépris par-derrière. Ne pas assister passivement à la dispute des coreligionnaires sans essayer de les réconcilier. Ne pas voler les biens publics. Ne pas agir dans ses propres intérêts aux dépens des intérêts communs. Il faut respecter la Loi. Ne pas offenser les Supérieurs, ni opprimer les Inférieurs, par ses opinions personnelles. Ne pas profiter de sa position pour désavantager ceux qui ont du talent.


 

Organisme de Diffusion du Dai Dao
Questions et Réponses sur le CAODAÏSME / Organisme de Diffusion du Dai Dao

Xuân đến con vui với tiết xuân,
Hãy đem đạo lý độ người trần,
Trong cơn mê muội xa ngôi vị,
Thức tỉnh lên đường học thánh nhân

Đức Chí Tôn, Ngọc Minh Đài, 29-12 Bính Ngọ, 08-02-1967

Chúng tôi rất hoan nghênh và sẵn sàng tiếp nhận các ý kiến đóng góp của bạn để phát triển Nhịp Cầu Giáo Lý ngày một tốt hơn.


Hãy gửi góp ý của bạn tại đây